1 Co 6, 13c-15a. 17-20. Le mystère des mystères…

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

2e lecture de la messe du 2e dimanche du temps ordinaire, année B,
18 janvier 2015

La nouveauté radicale de la bonne nouvelle de la résurrection des morts du Seigneur Jésus nous ouvre à une nouvelle manière de comprendre le monde, tel qu’il est en profondeur… La compréhension même de la réalité de notre être corporel en est, elle aussi, renouvelée…

Le corps, cette dimension qui a toujours été mystérieuse en elle-même depuis toujours, reçoit une nouvelle visée dans cette perspective… Le corps, notre corps, est pour le rassemblement de tous en Christ. Le Corps est rassemblement, lien, mouvement, transformation… le corps du Christ auquel nous communions transforme nos propres corps pour les rassembler dans une unité nouvelle… nouvelle parce qu’éternelle.

Dès lors, cette réalité en œuvre ne peut pas ne pas avoir d’effets sur la manière dont nous nous rapportons dans le quotidien à notre propre corps… ayant compris l’appel, en vivant de lui, nous ordonnons notre être à cette bonne nouvelle en mouvement…

Nous entendons l’exclamation de Paul, nous répondons à cette réalité en évolution, nous y contribuons librement, nous ouvrons à la nouvelle terre, aux cieux nouveaux, nous recevons le corps, notre corps, comme celui qui dans son humilité nous guide vers la lumière, nous le respectons, nous l’écoutons, nous allons vers là où il nous conduit… Il est temple de l’Esprit, il est expression du mouvement de la Vie pour nous et nos frères…

Père Jean-Luc Fabre
image http://img.over-blog.com/600x450/3/61/27/00/A-2/TAMlong00184.jpg

1 Corinthiens 6, 13c-15a. 17-20 Frères, le corps n’est pas pour la débauche, il est pour le Seigneur, et le Seigneur est pour le corps ; et Dieu, par sa puissance, a ressuscité le Seigneur et nous ressuscitera nous aussi. Ne le savez-vous pas ? Vos corps sont les membres du Christ. Celui qui s’unit au Seigneur ne fait avec lui qu’un seul esprit. Fuyez la débauche. Tous les péchés que l’homme peut commettre sont extérieurs à son corps ; mais l’homme qui se livre à la débauche commet un péché contre son propre corps.

Ne le savez-vous pas ? Votre corps est un sanctuaire de l’Esprit Saint, lui qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu ; vous ne vous appartenez plus à vous-mêmes, car vous avez été achetés à grand prix. Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps.

Nous vous recommandons la vidéo : la résurrection de la chair