1 Jn 5, 1-9 l’eau et le sang

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

2e lecture de la messe du dimanche

La nouveauté est entrée en notre terre avec la naissance de Jésus. Depuis, elle nous travaille tous. Elle se manifeste, éclaire chacune de nos vies, et, par-là, nous donne de comprendre encore plus le mystère qui nous appelle… Jean, comme Paul, parle à partir des premiers développements de la foi car  ils ont connus l’avant et l’après de la venue de notre Seigneur… et savent en quoi la foi consiste.

Jean et Paul comprennent la manifestation du Verbe, ce qu’elle apporte à notre humanité… ils comprennent la nécessité de la foi pour conduire nos vies. Croire que Jésus est le Christ, voilà la base à partir de quoi tout s’éclaire en notre monde. Lorsque nous rencontrons de nouveaux convertis, nous mesurons, à partir de leurs témoignages, aussi combien la foi transforme tout en eux et aussi autour d’eux. Ils reviennent à la racine vivante de l’expérience de la foi.

Alors attachons-nous à bien comprendre tout ce que nous dit Jean dans sa lettre… laissons ses mots nous travailler… découvrons ce que la foi comporte. Réalisons que croire au Christ, cela demande de le recevoir tel qu’il est, en toutes ses dimensions, en toute son existence comme le fait notre credo. « Né de la Vierge »… « Mort sur la croix »…

Le Christ est venu à nous comme un enfant du sein liquide de sa mère, il est né, il a vécu une vie d’homme de paix, il a reçu le baptême de Jean en solidarité avec ses frères, il a été le positif en tout, il a vécu en faisant le bien. Mais le Christ revient à nous ressuscité, ayant traversé la mort, ayant répandu son sang, ayant fait face au négatif  que peut porter l’humanité. Il a montré ses plaies, son côté transpercé…

Il y a l’eau et le sang, pas l’un sans l’autre, mais l’un avec l’autre. Et à partir de l’eau et du sang versés, de la vie vécue, de la mort assumée, Jésus peut nous donner l’Esprit qui poursuit son œuvre… Nous ne nous trouvons nous-mêmes, dans nos vies, que lorsque à travers des épreuves et des réussites nous éprouvons nous aussi le sang et l’eau de nos vies. Alors la Vie nous parle autrement, alors l’œuvre de l’Esprit nous donne de faire toute chose nouvelle en nous et en nos proches…

Père Jean-Luc Fabre

1 Jean 5, 1-9 Bien-aimés, celui qui croit que Jésus est le Christ, celui-là est né de Dieu ; celui qui aime le Père qui a engendré aime aussi le Fils qui est né de lui. Voici comment nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu : lorsque nous aimons Dieu et que nous accomplissons ses commandements. Car tel est l’amour de Dieu : garder ses commandements ; et ses commandements ne sont pas un fardeau, puisque tout être qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Or la victoire remportée sur le monde, c’est notre foi. Qui donc est vainqueur du monde ? N’est-ce pas celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ? C’est lui, Jésus Christ, qui est venu par l’eau et par le sang : non pas seulement avec l’eau, mais avec l’eau et avec le sang. Et celui qui rend témoignage, c’est l’Esprit, car l’Esprit est la vérité. En effet, ils sont trois qui rendent témoignage, l’Esprit, l’eau et le sang, et les trois n’en font qu’un. Nous acceptons bien le témoignage des hommes ; or, le témoignage de Dieu a plus de valeur, puisque le témoignage de Dieu, c’est celui qu’il rend à son Fils.

image http://www.amorosart.com/image-work-manessier_suite_de_paques_le_sang_et_l_eau-23696-450-450.jpg