16e dimanche du temps ordinaire, année C - 17 juillet 2016

Publié le par Père Olivier de Framond

Livre de la Genèse 18,1-10a.
Psaume 15(14),2-3.3-4.5.
Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens 1,24-28.
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,38-42.

***

« Une seule chose est nécessaire ». Une seule quoi ? Il ne répond pas vraiment. Car c’est à nous, à chacune, chacun, à moi de trouver ! Et donc je ne peux pas vous donner la réponse. Horrible frustration. Marie a choisi la meilleure part, c’est tout ce que nous savons. Elle accueille leur invité et ami de passage. Elle fout rien, est-ce cela la seule chose nécessaire ? Elle s’assoit et écoute. Ce n’est pas rien. Mais la cuisine à préparer, le fourneau à entretenir, la vaisselle à mettre, le couvert à poser, le ménage à faire, le vin à sortir ? Elle s’en fout ? Il y en a qui bossent et d’autres, sympas, qui se la coulent douce à écouter l’invité, et ce sont les premiers qui ont tort !

En fait, le message n’est peut-être pas là. Mais quand je bosse, quand je rends un service, les énergies que je mets là sont-elles à accueillir la Parole de vie qui passe, ou restent-elles centrées sur moi, sur mon besoin de reconnaissance, jalouses des flemmards qui s’ouvrent à cette parole, à cette eau de vie ? En gros : qu’est-ce qui me fait travailler et motive mon service ? Marie a choisi la meilleure part. C’est peut-être pour dire à Marthe : sors de tes colères jalouses, cuisine en écoutant la parole de ton visiteur, comme Sara avec ce mystérieux voyageur en trois personnes. Le fourneau, ok, s’il accueille la promesse qui te met en éveil, tel Abraham avec ce toujours mystérieux seigneur en trois visiteurs. Le ménage, ok, s’il s’ouvre au souffle aspirateur (et expirateur, celui-ci !) du visiteur qui t’apporte la paix.

St Paul l’a reçu, ce voyageur pas comme les autres, cet ange de passage, qui l’a assis par terre un jour pour qu’il écoute sa parole. « Le Christ est parmi vous », nous dit-il. Alors qui le recevra, assis ou au boulot ? Qui lui ouvrira la porte, assis à ses pieds ou dans son tracteur, sa moiss-batt, son atelier, sa cuisine, ses courses, ses travaux de maison et autres occupations ? Saurons-nous reconnaître le Christ qui nous visite ? Plutôt que de jalouser ceux qui ne foutent rien !

Père Olivier de Framond
photo
http://www.enseignemoi-files.com/site/view/images/dyn-cache/pages/image/img/91/1378866643_9111_900x600x0.jpg

Publié dans 2016 framond