1 Jn 3, 1-3 le pur devenir

Publié par Père Jean-Luc Fabre

1 Jn 3, 1-3 le pur devenir

2e lecture de la Toussaint 

Notre vie comment prend-elle sa vraie consistance, comment connait-elle sa vraie croissance ? Nous le pressentons, la rencontre est ce qui nous transforme. La parole de l’autre fait surgir en nous des possibles insoupçonnés : l’enfant voit son talent révélé par un adulte attentif, la réconciliation de l’aimé avec son passé est généré par la parole de l’amant et lui ouvre un avenir neuf, le leader reconnu par le groupe devient capable de rassembler...

Notre vie véritable ne se construit pas à partir de ce que nous faisons mais à partir de ce que nous échangeons. Ce qui s’échange nous donne de pouvoir faire… Nous ne cessons d’en faire l’expérience.

Un jour, il peut nous être donné de réaliser que tout ce devenir en nous, à travers toutes ces rencontres, oui que tout cela est porté par une parole qui nous appelle au plus profond de notre être… Nous découvrons que nous sommes appelés comme enfants de Dieu.

Nous entreprenons alors un chemin singulier qui ne va pas sans crainte. Dès lors tout ce qui nous arrive, nous marque, se trouve perçu comme un signe d’un autre dialogue, dialogue que nous développons avec le Mystère de Dieu… dès lors nous ne cessons de vivre de cette parole que nous ne cessons de chercher, de reconnaitre, de solliciter… Croît en nous la figure qui un jour prendra pleinement visage…

Père Jean-Luc Fabre

photo http://www.forme-sante-ideale.com/wp-content/uploads/2014/06/devenir-cr%C3%A9atif-langage-symbolique-couleurs-23.jpg

1 Jean 3, 1-3 Mes bien-aimés, voyez comme il est grand, l'amour dont le Père nous a comblés : il a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu — et nous le sommes. Voilà pourquoi le monde ne peut pas nous connaître : puisqu'il n'a pas découvert Dieu. Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons ne paraît pas encore clairement. Nous le savons : lorsque le Fils de Dieu paraîtra, nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu'il est. Et tout homme qui fonde sur lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur.

Publié dans Lettre de St Jean