1P 4, 13-16 N’ayons pas peur de communier justement aux souffrances du Christ, dans la joie de la Résurrection…

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

2e lecture du 7e dimanche de Pâques, A (01/06/2014)

Pierre nous dit l’état de fait de notre vie, nous communions aux souffrances du Christ. Loin de tout dolorisme, nous pouvons peut-être nous ouvrir à une signification plus entière du sens de cette situation. L’Eglise, en son attitude, à la fois maternelle et éducatrice, nous propose ce passage de Pierre, à ce moment du temps pascal, lorsque le Seigneur disparait à notre regard et nous demande de nous ouvrir à un mode renouvelé de présence de sa part.

 

Il y a une souffrance qui nous arrive qui est simple mais réelle participation à la vie du Christ et à sa mission. D’une certaine manière, dans cette souffrance s’atteste le fait que la Bonne nouvelle du salut se manifeste ici et maintenant. Le Verbe est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçu. Ce mystère de non-réception se poursuit et nous en sommes les modestes porteurs en tous les moments de notre quotidien, en tous les moments de l’histoire humaine.

 

Ne nous refusons pas à cette situation, disons lui pleinement « oui ». Laissons le travail de la Bonne nouvelle s’opérer. Attendons dans la modestie. Offrons-nous. Nous y allons portés non par l’enthousiasme des débuts mais par la joie pascale, joie qui a traversé la mort et l’abandon, sachant l’issue, ouvrant notre cœur à ce qui nous excède pour que l’esprit consolateur rejoigne toute chair.

 

Nous nous y donnons dans la foi, la charité, l’espérance, avec au fond de nous cette allégresse modeste qui nous vient de Lui, heureux de pouvoir être avec Lui en tout, pleinement reconnaissant de tous les bienfaits reçus et désireux de servir en tout pour que la Bonne nouvelle se répande sans cesse davantage. Heureux de pouvoir porter son nom à Lui, d’en être jugés digne…

Père Jean-Luc Fabre
image http://idata.over-blog.com/0/31/61/78/evangile-et-peinture-2/evangile-et-peinture-2bis/20-TOC-1-lec.jpg

1Pierre 4, 13-16 Mes bien-aimés, puisque vous communiez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous, afin d'être dans la joie et l'allégresse quand sa gloire se révélera. Si l'on vous insulte à cause du nom du Christ, heureux êtes-vous, puisque l'Esprit de gloire, l'Esprit de Dieu, repose sur vous. Si l'on fait souffrir l'un de vous, que ce ne soit pas comme meurtrier, voleur, malfaiteur, ou comme dénonciateur. Mais si c'est comme chrétien, qu'il n'ait pas de honte, et qu'il rende gloire à Dieu à cause de ce nom de chrétien.

Descendre pleinement dans le plein de nos situations quotidiennes

Descendre pleinement dans le plein de nos situations quotidiennes

Publié dans Epître de Pierre