24ème dimanche : le pardon et nous

Publié le par Père Olivier de Framond

Mon frère, il dit du mal de moi, je dois lui pardonner ? Une fois ? Sept fois ? Non, 70 fois 7 fois. On imagine une dispute de Méditerranéens, avec l’accent. Non, mais tu y es pas, Jésus : 70 fois 7 fois ! Mais il a dit du mal de moi, il m’a fait une queue de poisson, il a piqué ma bière, il a dit du mal de ma mère, il … Nous avons tous nos façons de murmurer, récriminer, accuser. Parfois en pensées seulement, souvent pour des futilités, et c’est plus facile d’en cultiver 70 fois 7 fois que du pardon ! Les choses plus graves, ça arrive parfois. Sinon c’est les « pardon » de politesse inutile, qui fusent, comme pour seulement dire une gêne : oups, je suis passé devant lui, j’ai commencé mon assiette avant eux, etc.
Pour les actes durs, le pardon semble impossible. Comment pardonner à ceux qui ont tué un ami ? Aujourd’hui il y a ces abus cachés hier de proches et de prêtres qui ont abusé d’un enfant : pardonner ? Le peuple juif sacrifié bestialement en holocauste, peut-il pardonner à ses bourreaux ? …
Alors que veut nous dire Jésus ? En Dieu il n’y a pas d’accusation, de murmure, de récrimination. Il n’y a qu’amour et vie. Il ne m’accusera pas si je ne suis pas prêt à un pardon. Quand il répond à Pierre : « pardonne jusqu’à 70 fois 7 fois », il dit seulement : « choisis la vie ». Lui l’a choisie : donner sa vie pour ses brebis, pour nous, pour moi, et pour son Père. Il est ainsi à la Passion. Et nous ? Si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur. Si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. L’enfer c’est quand le « pour lui » s’éteint. Une faute de l’autre peut me pousser à refermer la vie de Dieu en rancune et ruminations. Pardonner 70 fois 7 fois, c’est que nous choisissions la vie. Devant la faute qui t’agresse, prends le temps de te poser, de considérer comment le Seigneur te regarde, et le prochain qui t’a blessé. Jésus dira seulement « malheureux », vous qui restez dans la rancune, le murmure, l’accusation, et préférez la loi à la miséricorde. Malheureux : c’est une colère de compassion. Il se réjouit pour qui a montré beaucoup d’amour, pour qui repart relevé. « Va, et désormais ne pèche plus ». Pardonner jusqu’à 70 fois 7 fois, c’est choisir d’aller, de devenir ce que je suis, aimé du Père pour vivre pour tous ses enfants bien-aimés, conjoints, frères et sœurs, sans masque ni honte. Choisir la vie !
Ce jour je voudrais rendre grâce pour une personne vue vendredi et qui va communier pour la première fois ce dimanche, à 50 ans. J’ai croisé un ami du Seigneur, un peu paumé dans notre Eglise, plein d’ombres et de poids personnels à déposer au Seigneur, et pourtant la personne a vécu un très beau pardon. Comme quoi c’est possible !

Père Olivier de Framond

Ecclésiastique 27,30.28,1-7., Psaume 103(102),1-2.3-4.9-10.11-12., Romains 14,7-9., Matthieu 18,21-35.

Publié dans 2016 framond