7e dimanche de Pâques (8 mai 2016), année C - Oui, viens, Seigneur Jésus

Publié le par Père Olivier de Framond

Livre des Actes des Apôtres 7,55-60.
Psaume 97(96),1-2b.6.7c.9.
Livre de l'Apocalypse 22,12-14.16-17.20.
Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 17,20-26.
***

Honnêtement, je n’ai pas trouvé cette Parole de Dieu limpide ! Cette prière de Jésus, et l’apocalypse de Jean, ce n’est pas des plus faciles à entendre ! A 8 jours de la Pentecôte, c’est peut-être un coup de l’Esprit pour nous préparer à l’entendre parler en langues, car c’est plutôt du chinois ! Sauf l’épisode d’Etienne, là ça va. Etienne nous prépare à voir le Fils de l’Homme, avec les cieux ouverts, au-delà des souffrances. Le Seigneur vient, au-delà de l’épreuve. L’Esprit de Pentecôte nous aide à tenir, il nous fait espérer la venue du Fils de l’Homme, aux mauvais jours comme aux bons !

Le fruit de l’Esprit qui vient, c’est que je croie en la venue de Jésus, quel que soit le chemin. Je peux tenir, avancer en confiance, dans l’espérance, même si certains ne m’accueillent pas, me lapident ou me rendent la vie difficile ! Donc même si la Parole de Dieu de ce jour est aussi obscure que notre monde, je peux tenir. Une voix dit « je viens », c’est la voix de l’Arbre de vie. Elle appelle une autre voix à dire : « oui, viens » ! Désolé si ce n’est pas clair, c’est l’apocalypse. L’Esprit de Pentecôte, je le reçois si je sais dire « oui, viens », comme l’épouse à l’époux. Oui, c’est toi que j’espère, Seigneur Jésus, tu es l’Arbre de vie. Nous voulons être greffés à toi pour recevoir la vie de l’Arbre et tenir, dans la joie ! Cela m’a fait penser à un jeune jésuite de 88 ans chez nous. Depuis qu’il a trouvé un inhalateur pour la nuit et dormir sans apnées, il revit, le jour ! Des voix lui avaient suggéré ce truc… J’accueille l’Esprit si je ne me résigne pas à vivoter durement, car il peut venir, et il vient, l’Arbre de vie que je ne connais pas. « Oui, viens, Seigneur Jésus ».

Et l’évangile ? J’ai compris au moins une chose : la gloire, ce n’est pas la gloriole, c’est une présence rayonnante de Jésus parce qu’il se sait aimé du Père. Et nous ? Nous rayonnons la gloire de Dieu si nous nous savons aimés. Se reconnaître aimé du Seigneur, l’Arbre de vie, c’est une Mission que l’Esprit nous confie. Jésus et le Père sont un car ce qui anime l’un fait vivre l’autre. Et nous, sommes-nous UN, chacune, chacun, ensemble, comme Lui ? Un couple uni, c’est un miracle, une Eglise unie, c’est un défi, vivre ensemble, avec nos histoires, éducations, blessures, sensibilités ou réactions si différentes entre nous, c’est du jamais vu ! M’accueillir aimé du Père et de Jésus, moi et chaque enfant de Dieu, alors l’unité peut surgir, c’est le fruit de l’Esprit… Oui, « viens, Seigneur Jésus » !

Père Olivier de Framond

Publié dans 2016 framond