1 Co 2, 6-10 une sagesse éternelle…

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

Des mots ne cessent de s’échanger, des situations de se présenter… Paul n’hésite pas à bousculer la manière de voir, de comprendre de ses interlocuteurs pour leur donner d’accéder à la signification des choses à laquelle il est arrivé dans sa suite du Seigneur, crucifié et ressuscité. Il en est ainsi de la sagesse…

beau-ciel.jpg

Ce cheminement lui donne aussi de se rapporter d’une manière toute nouvelle par rapport à ce qui lui semblait auparavant juste, équilibré. C’est une merveille qu’au travers des siècles nous puissions nous faire proches de ce que Paul découvre et signifie en des termes de feu.

 

Il mesure, en ayant fait l’expérience du Christ, l’expérience du passage auquel il appelle chacun, ce passage de la mort à la vie, combien les autres sagesses, par rapport à celle que le Christ révèle dans son abaissement, sont en fait des manières de voir qui limitent, emprisonnent, captent, enfermement... Une domination rode en toute chose, et se révèle lorsque le Messie, le Seigneur de Gloire, surgit et s’abandonne. Un messie qui se révèle dans la faiblesse, et l’abandon… et donne ainsi à sa Gloire d’éclater…

 

Paul mesure, en effet, combien cette révélation dans l’abandon, conduit chaque personne, chaque être à pouvoir entrer dans le mystère de Dieu qui se donne à connaître ainsi. Il mesure l’action de l’Esprit en chacun, Esprit qui conduit et donne d’entrer dans cette imitation du Christ pour que toute chair soit appelée à pouvoir connaître et aimer Dieu…

 

L’amour qui se donne entraine toute chose, tout être, rompt toute haine, toute trahison, tout rejet, tout abandon, toute humiliation, toute injustice, toute tristesse, toute peur, toute colère tout dégoût, toute honte, toute vexation, toute critique, toute méfiance…

 

1 Corinthiens 2, 6-10 Frères,  c'est bien une sagesse que nous proclamons devant ceux qui sont adultes dans la foi, mais ce n'est pas la sagesse de ce monde, la sagesse de ceux qui dominent le monde et qui déjà se détruisent.  Au contraire, nous proclamons la sagesse du mystère de Dieu, sagesse tenue cachée, prévue par lui dès avant les siècles, pour nous donner la gloire.  Aucun de ceux qui dominent ce monde ne l'a connue, car, s'ils l'avaient connue, ils n'auraient jamais crucifié le Seigneur de gloire.  Mais ce que nous proclamons, c'est, comme dit l'Écriture : ce que personne n'avait vu de ses yeux ni entendu de ses oreilles, ce que le cœur de l'homme n'avait pas imaginé, ce qui avait été préparé pour ceux qui aiment Dieu.  Et c'est à nous que Dieu, par l'Esprit, a révélé cette sagesse. Car l'Esprit voit le fond de toutes choses, et même les profondeurs de Dieu.

Père Jean-Luc Fabre

Image http://img.over-blog.com/500x375/1/63/87/55/85.jpg