1 Jn 3, 1-2.21-24 2e lecture de la messe de la Sainte Famille

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Dimanche Sainte Famille
Ce que nous serons ne paraît pas encore clairement.

  Coloriage fête de carnaval a imprimer

Le grand cadeau de chacun des Noëls que nous vivons est de découvrir notre vocation, notre identité véritable, devenir/être enfant de Dieu dans le Fils qui nous contient. Année après année, nous entrons plus profond dans ce mystère. Cela colore ensuite la manière que nous pouvons avoir de vivre, de nous situer par rapport aux événements qui surgissent.
Nous prenons un chemin secret qui éclaire notre route dans le monde, mais qui demeure inconnu et incompréhensible au monde. Une relation se noue entre le Père et nous, une relation qui certes nous aide dans notre traversée du monde, mais qui surtout conforte, fait grandir la relation entre le Père et nous…
Cela nous demande d’éviter une tentation qui consisterait à vivre loin du monde. A la suite du Fils, nous désirons manifester cet amour de Dieu et pour cela nous agissons dans le monde. Nous tenons cette double attention qui dessine en notre être comme une croix, allant vers le Père, allant vers nos frères.
Notre aide, notre soutien c’est ce corps du Christ, le corps de son Eglise à laquelle nous sommes heureux d’appartenir, elle nous contient, nous redonne d’aller notre chemin, Noël après Noël…
Que le temps ne cesse de faire grandir notre attente des Cieux nouveaux, de la Terre nouvelle…
1 Jean 3, 1-2.21-24  Bien-aimés, voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu — et nous le sommes. Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas :c'est qu'il n'a pas connu Dieu. Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n'a pas encore manifesté. Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu'il est. Bien-aimés, si notre cœur ne nous accuse pas, nous avons de l'assurance devant Dieu. Quoi que nous demandions à Dieu, nous le recevons de lui parce que nous gardons ses commandements, et que nous faisons ce qui est agréable à ses yeux. Or, voici son commandement : mettre notre foi en le nom de son Fils Jésus Christ, et nous aimer les uns les autres comme il nous l'a commandé. Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et voilà comment nous reconnaissons qu'il demeure en nous, puisqu'il nous a donné part à son Esprit.

père Jean-Luc Fabre

image http://www.coloriage.tv/dessincolo/fete-de-carnaval.png

Publié dans Lettre de St Jean