2 Th 2, 16-17; 3, 1-5 deuxième lecture de la messe du 32e dimanche ordinaire

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Une vie chrétienne
qui prend pleinement son assise dans le réconfort…
La vie chrétienne a été lancée, c’est à des gens en mouvement que Paul s’adresse. Le mot qui vient est celui de réconfort, dans son sens premier, redonner force, comment redonner force dans cette aventure de la vie chrétienne sans revenir à l’origine de celle-ci.


Tu nous guides Seigneur ! 
Le réconfort est d’abord à ce qui compte le plus, le cœur, ce lieu de contact direct avec le Seigneur, le lieu de la présence mystérieuse du Seigneur en nous depuis notre baptême, depuis que nous avons commencé à croire…le cœur à partir duquel l’action prendra sa juste dimension, celle qui consiste à chercher là où je suis le bien à faire, qui se présente à moi.
Dans cette mouvance, Paul requiert la prière de ses frères pour lui, certes mais surtout pour que cette merveilleuse étincelle, celle de la foi, celle de la Parole de Dieu qui peut faire son chemin en toute chair puisse continuer sa route malgré les vicissitudes…
Ce double mouvement de soin porté à ses frères, de la demande de soin envers lui en retour faite à ses mêmes frères, le convainc de la force agissante du Seigneur qui tisse entre tous ces liens de fraternité, de corporéité même qui fait de tous un corps uni dans la louange et dans l’attente du retour de ce même Christ…
La vie s’est déployée, se renvoie les uns aux autres, se fortifie et va son chemin de pleine louange…
 
2 Thessaloniciens 2, 16-17; 3, 1-5 Frères, laissez-vous réconforter par notre Seigneur Jésus Christ lui-même et par Dieu notre Père, lui qui nous a aimés et qui, dans sa grâce, nous a pour toujours donné réconfort et joyeuse espérance ; qu'ils affermissent votre cœur dans tout ce que vous pouvez faire et dire de bien. Priez aussi pour nous, frères, afin que la parole du Seigneur poursuive sa course, et qu'on lui rende gloire partout comme chez vous. Priez pour que nous échappions à la méchanceté des gens qui nous veulent du mal, car tout le monde n'a pas la foi. Le Seigneur, lui, est fidèle : il vous affermira et vous protégera du Mal. Et, dans le Seigneur, nous avons pleine confiance en vous : vous faites et vous continuerez à faire ce que nous vous ordonnons. Que le Seigneur vous conduise à l'amour de Dieu et à la persévérance pour attendre le Christ.
Père Jean-Luc Fabre

Image http://www.mairie-maxeville.fr/wp-content/uploads/2013/04/main-enfant-ecrire-tableau-300x199.jpg

Publié dans Epîtres de St Paul