2Tm 2, 8-13 Rester fidèle son prix !

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Dimanche 9/10/16

Rester fidèle, le prix qu' y met le Seigneur !

Paul, les commencements de tout, de la vie en Eglise, de la foi au Christ, du lien entre la vie du Christ et l’histoire des juifs, de la figure du Christ et de l’aventure humaine en son entier, du visage de Dieu… Une parole fragile mais qui invente, qui proclame, qui situe, à partir des situations vécues pleinement, à cœur ouvert. Une vision globale fruit de l’expérience en émane… Une parole qui ne peut que nous réveiller tous, quelque soit le moment de l’histoire où nous sommes en notre propre vie ou en la vie de l’humanité… L’espérance toujours là, comme une torche capable d’éclairer les nuits les plus noires, toutes nuits…

couple-copie-1.jpg

Au cœur de la parole de Paul, un noyau, « le Christ Mort et Ressuscité », celui nouveau pour toute l’humanité mais aussi celui de la promesse faite jadis au peuple d’Israël… Un noyau qui donne à Paul la force de la foi pour souffrir et donner à la Parole de Vie de pouvoir se répandre… Ce, à quoi croit Paul, manifeste sa force propre de Vie… et la Bonne Nouvelle se répand d’elle-même pour aller rejoindre tout homme en toute situation… La Promesse ne peut être arrêtée ou empêchée… Elle poursuit sa route… Paul ne peut que l’attester… Elle va son chemin par elle-même… entrainant tout dans la liberté… se révélant sans cesse plus profondément en toutes les contradictions…

De cette expérience sans cesse renouvelée au cours de ses vicissitudes, Paul en tire comme un enseignement de feu mais formidablement équilibré, « une parole sûre ». Au sommet de tout, une promesse de vie, au-delà même de la mort, qui reprend tout, pardonne tout, qui ravive et ravivera tout en nos vies, absolument tout… C’est cette promesse qui donne à l’Apôtre, jour après jour, la force de supporter l’épreuve en situation, et qui donne, au cœur même de sa déréliction, la conviction de la victoire finale, du règne à venir… Mais cela ne suffit pas…

C’est toujours cette même promesse qui va au cœur de nos faiblesses et de leurs conséquences, de toutes nos faiblesses, de toutes leurs conséquences, jusqu’à la trahison, le reniement, la négation absolue. Si je trahis, si je rejette le Seigneur, oui il me rejettera aussi… Mais là réalité ne s’arrête pas là, ne s’arrêtera pas là. Paul pressant l’étendue de la promesse au-delà même de notre rejet. Parce que la fidélité de Dieu à sa promesse est au-delà de tout. Ainsi même au-delà de mon rejet du Seigneur, il continuera à me tendre la main… Il y va de son être même. L’immensité de l’amour de Dieu se révèle ainsi. Cet amour se donne au-delà de tout et donne à tous de pouvoir toujours rejoindre ce foyer d’amour, ce foyer de vie… Le Règne de Dieu sera celui de l’Agneau immolé… éternellement ! L’espérance ne passera jamais…

 

2Tm 2, 8-13 Souviens-toi de Jésus Christ, le descendant de David : il est ressuscité d'entre les morts, voilà mon Évangile. C'est pour lui que je souffre, jusqu'à être enchaîné comme un malfaiteur. Mais on n'enchaîne pas la parole de Dieu ! C'est pourquoi je supporte tout pour ceux que Dieu a choisis, afin qu'ils obtiennent eux aussi le salut par Jésus Christ, avec la gloire éternelle. Voici une parole sûre : « Si nous sommes morts avec lui, avec lui nous vivrons. Si nous supportons l'épreuve, avec lui nous régnerons. Si nous le rejetons, lui aussi nous rejettera. Si nous sommes infidèles, lui, il restera fidèle, car il ne peut se rejeter lui-même. »

 

La visée, la Promesse plus qu’ultime…

Si nous sommes morts avec lui, avec lui nous vivrons fontaine du pardon… il s’agit de mourir avec lui nous sommes dans l’axe de la vie, nous vivons en lui et non par nos œuvres…

Le principe qui dit ce qui se maintient au-delà de tout

Si nous sommes infidèles, lui, il restera fidèle, car il ne peut se rejeter lui-même. Principe qui ouvre de nouveau au salut, le lieu d’où tout peut redémarrer, le salut du Seigneur, l’Amour inextinguible de Dieu…

La situation…

Si nous supportons l'épreuve, avec lui nous régnerons. L’action est essentiellement de supporter

Le corps qui se constitue de manière paradoxale

Si nous le rejetons, lui aussi nous rejettera. Appartenance de notre fait la question est comment ne pas le rejeter ou l’ayant rejeté de pouvoir revenir, la réponse est dans l’être même de Dieu, qui nous crée sans cesse par pur Amour…

 

Reprise selon le quadrant de la « parole sûre »…

Père Jean-Luc Fabre

Photo http://www.famillechretienne.fr/data/imgs/dossiers/home/16_9-moodboard-coll-31fcff_133786636782145500.jpg