Lc 10,1-12 Fête de Ste Thérèse de l'Enfant Jésus

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Fête de Sainte Thérèse 1er octobre 

En ce temps-là, parmi les disciples  le Seigneur en désigna encore 72, et il les envoya deux par deux,  en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre. Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.     Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.     Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin.     Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : “Paix à cette maison.”     S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous.     Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.     Dans toute ville où vous entrerez où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté.    Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : “Le règne de Dieu s’est approché de vous.”     Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, allez sur les places et dites :     “Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous l’enlevons pour vous la laisser. Toutefois, sachez-le : le règne de Dieu s’est approché.”     Je vous le déclare : au dernier jour, Sodome sera mieux traitée que cette ville. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

Ecouter la parole de Dieu, c’est l’enjeu véritable de notre vie de chrétien : considérons bien la richesse, la multitude de possibles de cette parole, elle est unique et pourtant valable pour tous, capable de toucher chacun singulièrement... Augustin, dans les Confessions, a parlé d’elle comme le lieu de la rencontre avec l’Esprit Saint... alors comment le rencontrer au mieux dans l’Ecriture Sainte ?

En se laissant toucher  largement. Ici, il y a les envoyés, les 72 disciples, dont le texte évangélique parle beaucoup...  On peut se dire qu’il y a eux comme modèle et que nous avons donc à être missionnaires, nous devons annoncer la Parole. Mais il y a aussi les gens à qui ils ont été envoyés qui se situent de manières différentes (qui reçoivent ou refusent) et nous aussi les lecteurs.... nous sommes les uns [les envoyés] et les autres [ceux qui reçoivent] et les troisièmes encore... Quelle richesse de points de vue s’offre à nous !

Il s’agit, à vrai dire, pour chacun de nous de Considérer les différentes personnes, les différents possibles... être attentif aux gestes de chacun, à l’attitude de chacun, aux paroles des uns et des autres... C’est la scène évangélique globale, dans sa richesse de points de vue, qui est porteuse de sens pour nous... A travers ce travail large de contemplation, la Paix du Seigneur peut nous rejoindre véritablement parce que nous reconnaissons concrètement là où nous sommes. En se laissant toucher par les multiples possibles du texte, nous nous ouvrons à la Parole de Dieu, comme nous sommes. Nous nous laissons rejoindre comme nous sommes, là où nous sommes, par le Dieu de Vie qui nous conduit sur notre chemin... celui qui est le bon, pour nous et pour les autres...

De là, une parole vraie peut naître en moi, elle sera humble, une parole parmi les autres... fruit d’une écoute large, sans préjugé... sans savoir, avant de contempler la scène, ce que Dieu veut me dire...

La parole de Dieu nous rejoint ainsi mais elle nous rejoint aussi de bien d’autres manières, dans notre vie quotidienne... Voici une histoire, celle d’une âme...

Une petite fille, orpheline de mère, la petite dernière d’une famille nombreuse et chrétienne, bien maussade, à Noël, après la messe de Noël, elle descend pour les cadeaux, le père fatigué parle à ses filles des gamineries de la dernière, en souhaitant qu’elles finissent bien vite. C’est un coup de couteau dans son cœur pour elle qui entend ce que pense le père qu’elle chérit. Alors elle décide, en un instant, de n’en rien faire paraître, elle sera désormais joyeuse, fraîche, aidante... transformée. Son sentiment ne l’entraînera plus, elle écoutera la Parole de Vie en elle... Une sainte était née ! Elle est pleinement à l’écoute des autres, de la vie, elle a laissé tomber son chagrin... Elle s’est laissée toucher par la parole de son père fatigué comme par un appel de Dieu... la Paix est venue en elle... elle parlera pauvrement ensuite dans toute sa vie, de sa pauvreté même... Elle sera déclarée Patronne des Missions par l’Eglise, c’est de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face qu’il s’agit ! C’est sa fête aujourd’hui.


P.Jean-Luc Fabre

Publié dans Saints