A propos de "l'affaire DSK"

Publié le par Martine

terrible.jpgUn choc médiatique nous a révélé ces jours-ci une réalité hallucinante. Un homme politique très connu ayant une haute fonction internationale exhibé, pitoyable, aux yeux du monde. 

Il ne s'agit pas ici d'évoquer si sa culpabilité est avérée ou pas, ni d'entrer dans un quelconque débat politique pré-électoral. Il s'agit plutôt de nous interroger.  

Les images de l'arrestation de DSK vues partout en rappellent beaucoup d'autres : des dictateurs déchus, arrêtés et malmenés de part le monde, des criminels et autres malfaisants défaits voire blessés ou tués. Mais aussi combien d'inconnus a-t-on vus sur tous les écrans TV et journaux papiers brutalisés, violentés, lynchés, morts. Combien d'articles de presse avec des descriptions détaillées et brutales. 

Où est la dignité de l'homme dans tout ça ? La dignité de l'homme face au tout puissant droit à l'information, mais aussi la dignité de l'homme face à l'autre. La question doit être posée. Jusqu'où peut-on aller aussi bien dans le domaine des médias, que dans celui de nos réactions et comportements personnels. 

La foi chrétienne nous dit que l'homme est à l'image de Dieu. Cela veut dire que l'homme a non seulement une part de sacré, mais qu'il est sacré. Le pape Jean Paul II a écrit une très belle encyclique sur ce sujet : Redemptor Hominis - Le Rédempteur de l'Homme. Il y cite Vatican II en ces termes : "Image du Dieu invisible, le Christ est l'Homme parfait qui a restauré dans la descendance d'Adam la ressemblance divine, altérée dès le premier péché. Parce qu'en lui la nature humaine a été assumée, non absorbée, par le fait même cette nature a été élevée en nous aussi à une dignité sans égale. Car, par son incarnation, le Fils de Dieu s'est en quelque sorte uni lui-même à tout homme." Et Jean Paul II proclame : "Le  Christ est le Rédempteur de l'homme". Comprenons-nous bien ce que cela veut dire ? Le Christ est le Rédempteur de l'homme .... Combien l'homme est grand et précieux aux yeux de Dieu, et c'est Dieu lui même qui a voulu cela.  

Alors, lorsque nous voyons des images d'hommes et de femmes révélant des circonstances violentes ou dégradantes, ou lorsque, sans image, nous savons que des situations qui abiment l'homme ou la femme existent aujourd'hui dans le monde, rejoignons par la prière le Christ dans sa Passion car il a librement consenti à cela et il nous a ainsi révélé l'espérance. 

Dans une étrange coïncidence, Benoit XVI nous demandait ce mois-ci, dans ses intentions mensuelles de prière, de "prier pour que ceux qui travaillent dans les moyens de communication respectent toujours la vérité, la solidarité et la dignité de chaque personne ».  

N'oublions pas dans notre prière les pauvres de notre monde.

Source de l'image http://jasinski.livegalerie.com/img/oeuvre/200704/small/357.jpg?v=1231009987