Ap 22, 12-14.16-20 2e lecture de la messe du 7e dimanche de Pâques, 8 mai 2016.

Publié le par père Jean-Luc Fabre

7e dimanche de Pâques, année C
Amen ! Viens Seigneur Jésus !
Nous sommes au terme du temps pascal, entre l’Ascension et la Pentecôte. Nous entrons dans un nouveau temps. Aujourd’hui, nous entendons le dernier passage de l’Apocalypse. Celui qui a parlé dit qu’il s’arrête, ce qui veut dire qu’il a vraiment parlé, que sa parole s’adressait à nous et qu’elle attend une vraie réponse. Nous étions pauvres, malheureux, perdus, désemparés, il nous laisse confiants et en attente. L’histoire qui semblait se perdre dans la confusion a retrouvé sa signification par l’action de l’agneau. Nous nous sommes retrouvés dans notre vraie identité.

on peut en faire tout un plat 

Fritz von Uhde, (1848-1911) Viens, Seigneur Jésus, sois notre hôte ; Détail d'une huile sur toile de 130 x 165 cm - Berlin, National galerie

L’axe de l’être est de nouveau dégagé. Il s’agit de vivre cette transformation, qui s’exprime dans les images du vêtement lavé, de la porte franchie, de l’arbre qui fructifie… La vie, nouvelle et éternelle, s’écoule dans les vieux canaux et les remplit de joie. L’être bien plus que le faire. Le faire se réalise si nous nous ouvrons à la dimension de l’être. De la transformation de l’être découle la vraie capacité du faire… Voilà ce qui nous remet en selle…
Celui qui porte cette heureuse transformation, c’est Jésus, qui se charge d’une multitude de titres. Il est rejeton, étoile… Il ouvre la possibilité en nous de la réponse en retour, réponse pleine, réponse d’acceptation, réponse qui se propage à tous, réponse de la simple attente « viens ». Voilà le cri qu’au bout de notre existence il nous sera possible de pousser, en communiant à l’attente de toute la création… et entrer dans le salut promis.
Attente de Celui qui vient sans tarder, attente dans le moment présent, dans la situation présente, dans la reconnaissance de l’agneau… Nous nous ouvrons dans la confiance au quotidien de nos jours. Oui Seigneur Viens, nous t’attendons ! Tu es notre étoile, nous croissons en Toi, le rejeton de notre histoire…
Apocalypse 22, 12-14.16-20 Moi, Jean, j'ai entendu une voix qui me disait : « Voici que je viens sans tarder, et j'apporte avec moi le salaire que je vais donner à chacun selon ce qu'il aura fait. Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. Heureux ceux qui lavent leurs vêtements pour avoir droit aux fruits de l'arbre de vie, et pouvoir franchir les portes de la cité. Moi, Jésus, j'ai envoyé mon ange vous apporter ce témoignage au sujet des Églises. Je suis le descendant, le rejeton de David, l'étoile resplendissante du matin. » L'Esprit et l'Épouse disent : « Viens ! » Celui qui entend, qu'il dise aussi : « Viens ! » Celui qui a soif, qu'il approche. Celui qui le désire, qu'il boive l'eau de la vie, gratuitement. Et moi, je témoigne devant tout homme qui écoute les paroles de la prophétie écrite dans ce livre : si quelqu'un inflige une addition à ce message, Dieu lui infligera les fléaux dont parle ce livre ; et si quelqu'un enlève des paroles à ce livre de prophétie, Dieu lui enlèvera sa part des fruits de l'arbre de vie et sa place dans la cité sainte dont parle ce livre.  Et celui qui témoigne de tout cela déclare : « Oui, je viens sans tarder. » — Amen ! Viens, Seigneur Jésus !
Père Jean-Luc Fabre

Image http://2.bp.blogspot.com/-HHb2DFJXCwM/UR4Orh4ezrI/AAAAAAAACtg/Lj4d7ivHrdc/s1600/Fritz+von+Uhde+.jpg