Ap 7, 9.14b-17 2ième lecture du dimanche des vocations

Publié le par père Jean-Luc Fabre

4ième Dimanche de Pâques

Laissons-nous consoler par Dieu

Jean nous donne une parole inspirée et consolante. Recevons la ainsi, ne nous laissons pas gâcher ce plaisir, de lire, de goûter des paroles consolantes. Cette parole nous aide à vivre notre quotidien, sans le voir se rétrécir à ses contraintes présentes. Ce quotidien est remis, par Jean, en perspective. Un autre aspect à retenir est que ce qui est visé au-delà des événements, c’est l’essence des choses. C’est certainement riche de toutes ces perspectives que nous pouvons entendre ce passage, en ce moment du temps pascal pour nous. La dynamique de Pâques s’estompe, l’enjeu est qu’elle s’intériorise dans notre quotidien.

4ième dimanche pâques

Recueillons bien l’enjeu de cette multitude de personnes, issues de diverses cultures, mesurons ce qui se rattache à la diversité culturelle : la nation, la race, la langue… C’est une multitude dans une posture liturgique. Au centre l’évocation du baptême, qui est ensuite reliée au sacrifice du Christ. Une crase qui fait sens. Tout comme ce qui est évoqué pour les premiers chrétiens éclaire notre propre quotidien dans son actualité… Cela nous conduit à mieux percevoir le sens pour notre vie dans les aléas que nous traversons… Au-delà de tous les événements, se joue la relation entre le croyant et le Seigneur, entre le peuple des croyants et son Seigneur… Risquons-nous à cette lecture spirituelle de notre quotidien…
Nous pouvons alors goûter la promesse qui a été faite, qui nous est faite aussi… Ce passage nous propose une manière d’habiter spirituellement notre existence. Il nous est proposé de recevoir ainsi notre vie présente. Nous pouvons alors entendre ces douces paroles plus de faim, plus de soif, pas de larmes qui ne soient essuyées… Un peu comme lorsque la mère console son enfant de son gros chagrin… C’est pas le tout du message biblique, mais cela en fait aussi partie… Abandonnons-nous à ces paroles, elles viennent du cœur aimant de Dieu qui nous prodigue ce dont nous avons besoin pour cheminer dans la fidélité de notre foi, ce cheminement n’est pas que pour notre tête, notre volonté voulante. Elle est pour tout notre être, pour chacun des éléments qui nous constituent… Amen ! Enjoy !

Apocalypse 7, 9.14b-17 Moi, Jean, j'ai vu une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, races, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l'Agneau, en vêtements blancs, avec des palmes à la main. L'un des Anciens me dit : « Ils viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs vêtements, ils les ont purifiés dans le sang de l'Agneau. C'est pourquoi ils se tiennent devant le trône de Dieu, et le servent jour et nuit dans son temple. Celui qui siège sur le Trône habitera parmi eux. Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, la brûlure du soleil ne les accablera plus, puisque l'Agneau qui se tient au milieu du Trône sera leur pasteur pour les conduire vers les eaux de la source de vie. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. »

 

père Jean-Luc Fabre

image http://a402.idata.over-blog.com/371x522/0/31/61/78/evangile-et-peinture/4-paques-c-2007xl.jpg