Arcabas et la nef de l’Eglise Saint Hughes de Chartreuse : les grandes nervures d’une œuvre…

Publié le par père Jean-Luc

L’Eglise Saint Hughes de Chartreuse a été restaurée, décorée, aménagée par Arcabas, un travail de plusieurs décennies (1952 à 1985), autrement dit l’œuvre de toute une vie… L’Eglise porte ainsi en elle l’évolution de l’art ainsi que de la foi du peintre, comme le dit lui-même Arcabas sur son site internet. « A cet égard, l'œuvre d'art est exemplaire : miroir pour son auteur, elle a pour faculté supplémentaire la révélation discrète, mais sûre de la création tout entière ». [je me suis déclaré peintre]. Dans ce bref post, quelques impressions personnelles.

vue-globale.jpg

vue-de-face.jpg


  N’ayant pu réaliser comme il l’envisageait une décoration par fresques (reprise de l’art roman), à cause de la rigueur du climat, Arcabas opte pour la réalisation d’un triptyque sur des toiles suspendues (art gothique)… ce qui projette la production dans la durée d’une vie d’homme, avec trois périodes, les années 50, les années 70, les années 80. Autrement dit à celle du commencement en pauvreté, le bandeau rouge en toile de jute peint au miel et à l’œuf en 1953, suivra après le séjour bienheureux au Canada, à Ottawa, les 31 toiles dorées et abstraites du psaume 150, réalisées en 1973, à partir du moment où Arcabas aura trouvé son style, son nom, sa vocation pleine autorisés par l’accueil qui lui a été réservé par les Canadiens puis viendront clôturer les 53 toiles de 1985 qui reprennent beaucoup des scènes évangéliques sous un mode figuratif « augmenté ». L’artiste, le croyant se fait consciemment témoin, transmetteur. Ces trois moments sont là, pour aider le visiteur, le croyant à faire son chemin vers la Vie en sa propre existence. Se donne en effet à contempler une admirable représentation du mystère de l’humanité, à la base l’organisation de la vie, régie par la Loi Mosaïque, organisation mise en perspective de sa promesse : la louange par toute la Création emportée par le Christ Ressuscité, la clef du passage se jouant dans la réception des œuvres de la prédelle, la réception de la vie dans la Chair de Notre Seigneur Jésus Christ de sa conception jusqu’en sa mise au tombeau. Le retour au figuratif de la dernière période signe la foi en l’Incarnation du Verbe en notre chair… et la nécessité maintenue de la transmission.

VISION

Le dernier Psaume, le Psaume 150. La Promesse qui tend notre monde vers sa fin, la louange de son créateur

FONDATION

La Pradelle, où la vie humaine du Christ, un parmi les autres, nous introduit dans la Promesse de la Vraie Vie pour tous, la louange, nous en rend capable si nous prenons sur nous et avec Lui son joug, si, avec Lui, nous marchons, nous déambulons…

ACTIONS

La nef où nous nous trouvons, avec notre propre quotidien qui peut recevoir lumière de l’annonce du Mystère du Cosmos, aller dans un sens ou dans un autre, selon la liberté de chacun…

ORGANISATION.

Le Bandeau. La vie humaine de tout un chacun comme elle est, mêlée de lumières et d’obscurités avec son organisation…

L’organisation de l’œuvre selon le carré magique

 

Ce développé de la foi catholique est aussi l’expression personnelle d’un chemin de foi vécu en vérité et qui s’atteste dans une durée de production. En effet sur le bandeau, si on peut lire comme la traversée de toute vie humaine, de la naissance à la mort en passant par le repas familial, le travail, le jeu, la maladie et la violence… si s’y raccrochent les commandements du Mont Sinaï portés par des anges aux ailes carrées, le visiteur attentif remarquera toutefois qu’il n’y a que neuf commandements et non dix. N’apparaît pas celui de l’interdiction d’une représentation imagée de Dieu, l’artiste en genèse ne pouvait pas y souscrire, signe du cheminement pour accéder à son style véritable, à son nom véritable qui donne de recevoir justement l’interdit… Cet interdit porte en genèse la suite de l’œuvre et l’évolution du style… de l’abstrait où la singularité se déclare et s’exprime jusqu’au retour au figuratif augmenté…

 

Sur la photo d’ensemble nous distinguons le bandeau avec les anges carrés porteurs des commandements et les scènes de la vie, avec la naissance au premier plan… au dessus les représentations symbolisées de l’harmonie de louange du dernier psaume avec les I et les croix de Saint André, ainsi que le Christ Ressuscité, juste au-dessus de la porte d’entrée. Au plus près du sol, se trouvent disposées, en rang serré, les scènes de la vie du Christ, avec en tout premier la rencontre des deux cousines, Marie et Elisabeth au moment de la Visitation… Une deuxième photo, de face, permet de mieux saisir les trois périodes de l’œuvre et de l’artiste.

photo http://frogroumf74.eklablog.com/eglise-saint-hugues-arcabas-38-a666915

Quelques scènes de la Vie du Christ…

Jésus parmi les docteurs du Temple , Jésus soumis à la tentation

Jesus-au-temple.jpg

tentation.jpg

père Jean-Luc

 

Publié dans Christians' wisdom