Au banquet pascal

Publié le par Jardinier de Dieu

Le temps passe trop vite. Nous sommes déjà à la veille du 3e dimanche de Pâques. Dans l’allégresse de la Résurrection, l’Eglise nous propose pendant tout au long du temps pascal (50 jours après Pâques, jusqu’à la Pentecôte) des textes liturgiques qui nous aident à approfondir notre foi au Christ Ressuscité.

Après le jour de la multiplication des pains, dans le synagogue, Jésus a expliqué ce miracle en disant : « "Le pain que je donnerai, c'est ma chair pour la vie du monde" (Jn 6, 51). Jésus a annoncé la croix. La Croix et la Résurrection sont un seul mystère, le mystère pascal (Ce « Mystère pascal » condense tout le « Mystère » de la foi chrétienne, que les apôtres et l'Eglise ont reçu mission de révéler au monde*).  Chaque fois que nous célébrons l’Eucharistie, nous participons au banquet pascal. Donc l’Eucharistie nous rend aussi présent à la croixfleche gauche

« Se rendre présent à la Croix »

 

Et comment la Croix serait-elle autre chose ? Et comment l'Eucharistie, qui nous rend présent le mystère de la Croix, affaiblirait-elle cette exigence ? L'Eucharistie, c'est justement de nous rendre présent à la Croix, comme Marie et saint Jean, en participant au mystère de la Rédemption, en refusant toutes les séparations, en renonçant précisément à tout ce qui entraînait la séparation, en renonçant à ce règne du péché qui est la grande blessure infligée à l'œuvre de Dieu et à Dieu lui-même.eucharistie-copie-1

 

Cette blessure ne peut être réparée que si, venant au pied de la Croix, revendiquant notre part, nous réclamant de cette victime, nous identifiant avec elle et disant sur elle :" Ceci est mon corps, ceci est mon sang ", comme pouvaient le dire Marie et saint Jean, si, du même coup, nous rassemblons toute l'humanité pour en faire le Corps Mystique de Jésus, ce corps dont il est la tête et qui, maintenant, constitué par notre présence, par notre consentement et notre amour, va être qualifié pour l'appeler. Et le Seigneur répondra. Il répondra, c'est-à-dire que le Corps Mystique étant ouvert sur lui, sa Présence se communiquera dans le banquet sacré et réellement le Seigneur viendra à nous d'une manière nouvelle, c'est-à-dire en forme de communauté, en forme d'Église, faisant de nous-mêmes le Corps Mystique, faisant de nous-mêmes l'Église, réalisant à travers nous sa vocation de second Adam, nous chargeant, puisque nous y consentons, de toute l'Humanité et de tout l'Univers.

Comme notre moi est fermeture le plus souvent, comme notre moi signifie séparation, vie privée, recluse sur elle-même, comme notre moi est rarement un moi universel, il nous est difficile d'envisager ou plutôt de pénétrer le mystère d'un moi qui est pure ouverture, comme est le moi divin.
corps du christ
Cette pure ouverture d'ailleurs éclaire notre problème ; bien entendu, elle suscitera notre guérison, elle nous amènera à un affranchissement mais enfin il, il est clair que, il nous est difficile, tant que nous ne sommes pas des saints, d'envisager un moi comme le moi divin qui est relation pure, comme le moi qui revêt l'humanité de Jésus-Christ. Il est difficile de le concevoir précisément parce que nous ne sommes pas encore libérés et que notre moi est avant tout

Extrait de la conférence donnée à Ghazir par Maurice Zundel en 1959 sur le mystère de l'Eucharistie

* http://www.eglise.catholique.fr/foi-et-vie-chretienne/la-celebration-de-la-foi/la-liturgie/le-mystere-pascal-cur-de-la-liturgie-de-l-eglise-.html

Merci à Jean pour ces photos

Publié dans Eucharistie - Mystère