1Jn 3,18-24 Aujourd'hui, il s'agit d'aimer

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

2ème lecture du 5ème dimanche de Pâques

Jour après jour, nous resituons le Mystère pascal dans l’épaisseur de nos vies, l’événement rayonne dans une vie qui a de plus en plus d’ampleur, de consistance, de complexité, c’est-à-dire de plus en plus de lien entre ses différentes composantes... Dès lors, le message que porte cette bonne nouvelle, le passage du Seigneur dans la vraie vie, la vie éternelle... retentit plus profondément encore.

fleurs-rouges.jpg 

L’amour concret, pratique, réel apparaît comme de plus en plus désirable, de plus en plus apte à manifester cette bonne nouvelle... Aimer non plus seulement en paroles mais en actes parce que la condition de l’homme a changé, parce qu’Un a pris le risque d’aimer pleinement, a tout traversé même la mort... L’amour a le dernier mot et je puis, moi aussi, à sa suite et en Lui, faire de même... L’amour donné, répandu, nous autorise... nous pouvons être nous-mêmes, laisser monter en nous ce qui naît dans notre cœur... Une immense libération... dans la certitude de l’amour inconditionnel de Dieu envers nous...

Nous pouvons tout, dans la relation qui nous unit à Lui.

Notre lieu, notre premier lieu, pour vivre pleinement, c’est la relation avec Lui, recevoir sa parole, être imbibés au plus profond de notre être de sa manière, de son style, savoir aussi que le premier espace de notre croissance, pour nous chrétiens, c’est son corps, mes frères croyants, travaillés comme moi par son désir d’amour... désir qui rencontre, comme en moi, une terre difficile à travailler...

Laisser cette présence nous ouvrir à nos plus proches... les considérer avec amour, confiance, patience... offrir à son action les relations qui nous lient à nos plus proches, donner à Dieu cette parcelle d’humanité pour qu’il y séjourne, embrase la capacité d’amour du grand corps humain, « lorsque deux ou trois sont réunis... » Voilà les premiers actes que nous pouvons poser pour que l’Amour se répande, faire communauté, partager, mettre en commun, prier ensemble, se parler en confiance, veiller sur l’autre... réveiller l’humain...

L’Esprit ne peut être en nous, s’il n’est entre nous aussi...

Père Jean-Luc Fabre

Première lettre de saint Jean 3,18-24.

 

Mes enfants, nous devons aimer, non pas avec des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité. En agissant ainsi, nous reconnaîtrons que nous appartenons à la vérité, et devant Dieu nous aurons le cœur en paix ; notre cœur aurait beau nous accuser, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses. Mes bien-aimés, si notre cœur ne nous accuse pas, nous nous tenons avec assurance devant Dieu. Tout ce que nous demandons à Dieu, il nous l'accorde, parce que nous sommes fidèles à ses commandements, et que nous faisons ce qui lui plaît. Or, voici son commandement : avoir foi en son Fils Jésus Christ, et nous aimer les uns les autres comme il nous l'a commandé. Et celui qui est fidèle à ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et nous reconnaissons qu'il demeure en nous, puisqu'il nous a donné son Esprit.

Publié dans Lettre de St Jean