Avons-nous besoin encore de Dieu ?

Publié le par ULTD & ltd

331328_256253107729453_100000342965475_849869_2259321_o.jpg

Dans une société d'opulence, Dieu n'a souvent plus de place dans la vie des gens. Le confort et le luxe qu'ils peuvent se payer en tout, les plaisirs qu'ils peuvent se procurer facilement avec de l'argent, leur font croire qu'ils peuvent atteindre le bonheur sans avoir à faire appel à Dieu. D'ailleurs, s'ils laissent Dieu entrer dans leur vie, que d'ennuis ils connaîtront et que de plaisirs ils devront sacrifier: la messe à respecter le dimanche, les sacrements à observer, les commandements de l'Église à tenir compte, pas d'excès possibles dans la recherche des plaisirs, etc.

Si des relations interpersonnelles peuvent être améliorées par une vie plus aisée, celle-ci ne permet pas de résoudre tous les problèmes de relations qui tissent notre vie. Or, en fin de compte, c'est l'harmonie dans les relations qui régit essentiellement notre bonheur. Cependant, nous avons tous l'expérience qu'il n'est pas facile de maintenir nos relations toujours en bon équilibre. Des heurts continuels, souvent sur de petites choses de la vie quotidienne, sont d'abord considérés comme anodins. Puis arrivera le jour où la goutte d'eau qui fait déborder le vase fera éclater une grande querelle, et sera rompu le climat de paix apparente entre deux personnes. Et si l'amour, l'humilité et la générosité n'existent pas, au moins chez une personne, pour que celle-ci puisse se changer afin de changer l'autre ou la situation, ou les deux, ce sera l'enfer ou la rupture définitive.

C'est à ce niveau qu'il y a une nette différence entre ceux qui accueillent et ceux qui n'accueillent pas Dieu dans leur vie. Dieu est Amour: qui accueille Dieu vit dans l'amour, et qui dit amour dit don, don de soi et pardon. Dieu est Pauvreté: qui accueille Dieu se désapproprie de son avoir, de son pouvoir, de son vouloir, pour les mettre au service de ses frères. Dieu est Liberté: qui accueille Dieu est libéré de son égoïsme, de son orgueil, de sa concupiscence, bref, de ses mauvais instincts, qui le font souffrir ainsi que les autres (et non les mauvaises situations, comme on est porté à le croire). L'union avec Dieu nous désapproprie et nous libère donc de nous-mêmes, qui sommes notre vraie source de souffrances, et crée ainsi en nous de l'espace pour pouvoir accueillir et aimer les autres. C'est alors seulement que le bonheur éternel voulu par Dieu pour ses enfants nous est accessible.

Merci Cristina Bunea pour cette belle photo.