Claire

Publié le par Jardinier de Dieu

Ceux qui n’ont pas connu cette charmante fille
Ne peuvent pas savoir ce qu’était ce regard
Transparent comme l’eau qui s’égaie et qui brille
Quand l’étoile surgit sur l’océan hagard.

Elle était simple, franche, humble, naïve et bonne ;
Chantant à demi-voix son chant d’illusion,
Ayant je ne sais quoi dans toute sa personne
De vague et de lointain comme la vision.

On sentait qu’elle avait peu de temps sur la terre,
Qu’elle n’apparaissait que pour s’évanouir,
Et qu’elle acceptait peu sa vie involontaire ;
Et la tombe semblait par moments l’éblouir.

Elle a passé dans l’ombre où l’homme se résigne ;
Le vent sombre soufflait ; elle a passé sans bruit,
Belle, candide, ainsi qu’une plume de cygne
Qui reste blanche, même en traversant la nuit !

Elle s’en est allée à l’aube qui se lève,
Lueur dans le matin, vertu dans le ciel bleu,
Bouche qui n’a connu que le baiser du rêve,
Âme qui n’a dormi que dans le lit de Dieu !

Victor Hugo

Est-ce que Victor Hugo parlait de Claire d’Assise ? Cette jeune fille, très touchée par la pauvreté de St François, offrit au Christ la fraîcheur de ses dix huit ans en faisant ses premiers vœux, le dimanche des rameaux 1212. Elle est la première fille du seconde ordre franciscain : Pauvres Dames ou Clarisses. Toute sa vie est remplie de la solitude et la pauvreté évangélique. Une de ses dernières paroles avant sa mort : « Ô Dieu, sois béni de m’avoir créée ! »

Le 11 août, l'Eglise fête Ste Claire. Qu'elle vienne en aide aux mal-voyants de l'âme et du corps ! 

Image Merci à l'auteur de la photo

Publié dans Saints