Contemplation de la nativité

Publié le par Jardinier de Dieu

nativite2.jpg

Domenico Ghirlandaio
(1449 - 1494)
Cliquez sur l'image pour la voir en grand format
 

Voici comment Ignace de Loyola propose de contempler la nativité dans le livret des "Exercices spirituels" 

La prière préparatoire habituelle.

Le premier préambule est l'histoire. Ce sera, ici, comment partirent de Nazareth : Notre Dame enceinte de presque neuf mois, assise sur une ânesse comme on peut pieusement le méditer, Joseph, ainsi qu'une servante emmenant un boeuf, pour aller à Bethléem payer le tribut que César imposa à toutes ces régions.

Le deuxième. Une composition, en se représentant le lieu. Ce sera, ici, voir avec la vue de l'imagination le chemin de Nazareth à Bethléem, en considérant sa longueur, sa largeur, s'il est plat, s'il passe par des vallées ou s'il monte. De même, regarder le lieu ou la grotte de la Nativité, si elle est grande ou petite, basse ou haute, et comment elle était arrangée.

Le troisième sera le même et il aura la même forme que dans la contemplation précédente. [C'est-à-dire : Demander ce que je veux : ce sera, ici, demander une connaissance intérieure du Seigneur qui pour moi s'est fait homme, afin que je l'aime et le suive davantage.]

Le premier point: voir les personnes : voir Notre Dame, Joseph, la servante, et l'enfant Jésus après qu'il est né, me faisant, moi, comme un petit pauvre et un petit esclave indigne qui les regarde, les contemple et les sert dans leurs besoins, comme si je me trouvais présent, avec tout le respect et la révérence possibles. Et réfléchir ensuite en moi-même afin de tirer quelque profit.

Le deuxième. Observer ce qu'ils disent, y être attentif et le contempler, et, réfléchissant en moi-même, tirer quelque profit.

Le troisième. Observer et considérer ce qu'ils font : voyager et peiner pour que le Seigneur vienne à naître dans la plus grande pauvreté et qu'au terme de tant de peines, après la faim, la soif, la chaleur et le froid, les outrages et les affronts, il meure en croix ; et tout cela pour moi. Puis, réfléchissant, tirer quelque profit spirituel.

Terminer avec un colloque, comme dans la contemplation précédente [C'est-à-dire : A la fin, faire un colloque en pensant à ce que je dois dire aux trois Personnes divines, ou au Verbe éternel incarné, ou à la Mère et Notre Dame, faisant des demandes selon ce qu'on sentira en soi, fin de suivre et d'imiter davantage notre Seigneur, ainsi tout nouvellement incarné.], et dire un Pater noster.

Source http://www.jesuites.com/ignace/nativite.htm

Publié dans Manières de prier