Prêtre - le ministère sacerdotal

Publié le par père Jean-Luc

ordination-2.jpg

 

Le 23 novembre 1991, à Toulouse, en la vigile de la Solennité du Christ Roi de l’Univers, j’ai été ordonné prêtre par Mgr Colini, archevêque de Toulouse. En ce jour anniversaire de mes 20 ans d’ordination, j’aimerais au début de cette messe d’action de grâce que j’ai la joie de célébrer avec vous au Carmel de Rodez ainsi qu’avec quelques membres de ma famille, vous rapporter quelques uns des propos tenus par le Saint Père Benoît XVI sur le ministère sacerdotal, à l’occasion des vêpres pour le lancement de l’année académique des universités pontificales de Rome vêpres qu’il a présidées, le 4 novembre dernier, en la basilique Saint-Pierre. 

A l’origine de l’appel au sacerdoce, a rappelé le pape, il y a une rencontre, celle du Christ, une rencontre « amoureuse », où l’on est « touché par ses paroles, par ses gestes et par sa personne ». Cela introduit à un itinéraire de vie où peu à peu « La voix du Christ se distingue, parmi toutes les autres. On est rejoint par le rayonnement du bien et de l’amour qui émanent de lui. » Dès lors, cet amour du Christ « enveloppe » le chrétien qui souhaite alors « y prendre part », « rester avec lui comme les deux disciples d’Emmaüs, et porter au monde l’annonce de l’Evangile. » Un itinéraire spirituel qui a sa consistance nous est ainsi proposé. 

Nous pouvons aussi retenir une autre insistance posée par le Saint Père, la gratuité. « On est appelé au ministère non pour des intérêts égoïstes ni en vertu d’un mérite particulier. L’appel du Seigneur est un don à accueillir, non du fait d’un projet personnel, mais de la volonté de Dieu, même si cela ne correspond pas à notre désir d’autoréalisation ». En effet, pour Benoît XVI, « la seule ascension légitime du ministère sacerdotal n’est pas celle du succès, mais celle de la Croix ». Car être prêtre veut dire être « en consonance avec le Christ », « collaborer avec lui » et « s’ouvrir à l’action de Dieu », fait observer le pape.  

Benoît XVI décrit ainsi le prêtre comme celui qui « se laisse saisir par le Christ », qui « reste avec lui », qui « entre en harmonie, en amitié intime avec lui », afin que tout arrive « comme il plait à Dieu », avec une « liberté intérieure » et une « profonde joie du cœur ».   

Plus pratiquement, Benoît XVI indique trois conditions pour faire grandir l’« harmonie » avec le Christ dans la vie sacerdotale : « L’aspiration à collaborer avec Jésus à la diffusion du Royaume de Dieu, la gratuité de l’engagement pastoral, et l’attitude de service ».calice-celebrer-messe.jpg

En cette période où de nouveau le sacerdoce pose question à beaucoup au sein de l’Eglise, ces propos très justes sont des lumières pour chacun de nous. Ayons à cœur de les méditer, de les comprendre, de les faire nôtres.

Je prendrai la messe pour les Prêtres et vous prie de vous associer de tout cœur à cette prière pour le cheminement de chacun des ces hommes qui ont entrepris de répondre de cette manière à l’Appel du Seigneur pour toute la durée de leurs existences.

Photo 1 http://www.theanglocatholic.com/wp-content/uploads/2009/12/ordination-2.jpg
Photo 2 calice célébrer la messe

Publié dans Pape