Mt 19,13-15 Laisser les enfants de venir à Jésus

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Samedi (19ème semaine du temps ordinaire)

Il passait en faisant le bien…

 

Evangile selon Saint Mathieu 19, 13-15 

En ce temps là, on présenta des enfants à Jésus pour qu'il leur impose les mains en priant. Mais les disciples les écartaient vivement. Jésus leur dit : « Laissez les enfants, ne les empêchez pas de venir à moi, car le Royaume des cieux est à ceux qui leur ressemblent. » Il leur imposa les mains, puis il partit de là.

 jesus-healing

Une scène brève intense, sur le chemin du Christ, une rencontre en vérité qui traverse les incompréhensions, qui produira son fruit, qui ouvrira à la foi de tous…  
« Imposer les mains », un geste fondamental de bénédiction, un geste qui se transmet dans le Peuple Juif depuis le temps d’Abraham, un geste qu’attendent les parents qui présente ces enfants à Jésus, un geste que posera Jésus au terme de cette brève rencontre… Un geste fondamental, un geste qui précède tous les autres gestes d’accueil et de service et qui les porte. Ces autres gestes déploient ce que ce premier geste apporte globalement. Lorsque nous entrons sous la bénédiction de l’imposition des mains, tout devient possible. Cela est vrai pour une personne, cela est vrai pour un couple, cela est vrai pour une famille, cela est vrai pour une communauté ecclésiale, cela est vrai pour l’Eglise… Avançons-nous vers la vie avec cette foi… Croyons que Dieu a étendu les mains sur nous et notre réalité, entrons dans la soumission à sa volonté… Offrons nous à son action.
« Le Royaume des cieux est à ceux qui leur ressemblent » comment aller au Seigneur, de quelle manière ? Il est bon d’y aller sans arroi, sans préparation, en s’offrant simplement à l’action de l’autre, en recevant ce qu’il donne. Voilà l’attitude véritable de vie pour tout être humain, en cela nous rejoignons l’attitude de notre enfance, nous entrons dans la gratuité, dans le simple fait de recevoir ce que l’Autre désire donner. Nous entrons dans l’échange par l’accueil, l’offrande de nous-mêmes. Ce que nous recevons, nous pouvons le redonner à notre tour, et ce que nous redonnons, peut être de nouveau reçu et de nouveau offert. Ainsi s’engendre la vie nouvelle, les relations nouvelles, le Royaume des Cieux… Osons le croire, osons en poser les premiers gestes…  
« Il partit de là » l’attitude juste de Jésus, il incite, il encourage, il suscite mais il ne s’impose pas. Il allume le feu, il sème la graine, il enfouit le levain. Découvrons que le don du Seigneur est toujours un appel à notre liberté, à notre engagement. Le Seigneur travaille avec nous, mais il a besoin de notre travail aussi, du travail de notre propre foi… C’est en cela qu’il part de là, pour nous donner de pouvoir nous aussi agir, de pouvoir entrer en dialogue avec nous…
 
père Jean-Luc Fabre