Exercices spirituels avec le Notre Père - Cardinal Martini

Publié le par Jardinier de Dieu

 

penboch.jpg
"Que ton règne vienne" (extrait)

 

Une réalité qui se comprend en suivant Jésus

 

Nous avons déjà dit que Jésus n'a jamais voulu de donner définition, même brève, de la nature du Royaume ; il a toujours proposé des paraboles, indiqué des attitudes - comme les béatitudes -, donné des indications éthiques, morales, théologiques, pour faire comprendre une réalité qu'il n'est pas facile d'ordonner de façon théorétique mais qui est comprise par celui qui la vit. La prière « que ton Règne vienne » affirme le désir humble du disciple qu'une réalité, qui a connu un départ pauvre, doux, presque méprisé, conquière peu à peu le coeur des hommes et soit joyeusement et librement accueillie. C'est la grandeur du Royaume qui repose entièrement sur la liberté, sur la douceur, sur la spontanéité, sur la persuasion ; et c'est sa faiblesse parce qu'il n'est pas confié à une puissance, à une armée, à la capacité de faire plier les hommes et d'obtenir leur consentement ni par la force des armes, ni par le pouvoir économique ni par le pouvoir intellectuel ou politique. C'est une réalité intime du coeur qui, cependant, conquiert l'univers à travers le changement de vie qu'elle provoque - pensons aux béatitudes qui sont l'expression typique du style de vie du Royaume.

 

Vous pouvez désormais comprendre que j'aie du mal à en donner une définition précise. J'essaie de le faire à travers les différentes citations et surtout en invoquant l'Esprit saint afin qu'il nous donne une compréhension profonde des Évangiles qui nous permette de saisir le juste sens du Royaume, tel qu'il se propose dans le Discours de la montagne, dans les paraboles, dans le discours missionnaire et dans tant d'autres paroles de Jésus.

 

Le Royaume est donc une réalité difficilement préhensible mais on le vit en suivant jour après jour Jésus, et en faisant confiance aux paroles de son Évangile. Une réalité que l'on vit en se mettant à suivre ce Jésus qui, depuis le début de sa mission publique, au Jourdain, s'humilie en se rangeant parmi les pécheurs, déclarant ainsi qu'il veut proclamer le Règne dans l'humilité, dans une vie cachée, dans le mépris des privilèges. Il est donc juste de demander que le Règne vienne parce que ce n'est pas nous qui pouvons le conquérir. C'est Dieu qui accomplit le Royaume, qui entre dans les coeurs et les captive. C'est Lui, avec la grâce de l'Esprit saint, qui prend possession des âmes et les transforme à l'image de Jésus. En d'autres termes, le Royaume est Jésus, c'est sa vie, sa façon de vivre, d'aimer, de souffrir : c'est justement pour cela que le Royaume se propose de manière formidable et incontestable dans la Croix, dans la mort de Jésus par amour.

 

« Que ton Règne vienne » est une requête d'une très grande élévation et peut-être devons-nous dire, comme l'a fait un jour Jésus à ses disciples :« Vous ne savez pas ce que vous demandez » (Mt 20,22). Nous demandons en devinant plus qu'en raisonnant, en désirant du fond du coeur plus qu'en ayant devant les yeux une image bien précise. C'est le propre du Règne de Dieu, de sa liberté, de sa spontanéité, de sa capacité à conquérir les coeurs sans les forcer, et en même temps de son insignifiance, de sa non-visibilité.


Cardinal Martini (s.j.

archevêque de Milan de 1979 à 2002, après avoir été recteur de l'Institut biblique pontifical et de l'université Grégorienne, à Rome. Il vit aujourd'hui à Jérusalem.

"Ne méprisez pas la parole"

Une retraite étonnante

avec le cardinal jésuite Martini

223 pages, Bayard Centurion, 2007

Une réalité qui se comprend en suivant Jésus

(p. 163-166)

photo http://www.jp-penboch.info/images/diapo/penboch.jpg

Publié dans Prière : Notre Père