Ga 3, 26-29 2e lecture du dimanche 19/06/16 Un courant entraine chacun et tous, alléluia !

Publié le par père Jean-Luc Fabre

12e dimanche du temps ordinaire, année C

Paul nous dit ce qu’il expérimente, ce qu’il découvre en relation avec ses frères dans la foi au Christ. Son écho est précieux pour nous. Il vit avec incandescence la nouveauté de la foi. Son écho peut réveiller en nous le goût de l’aventure évangélique. Prenons-le au pied de la lettre. Essayons de recevoir ensuite le quotidien de notre existence, dans les perspectives qu’il nous ouvre…

solidarite-copie-1.jpg

Le lien nouveau avec le Mystère de Dieu qui s’établit pour les premiers chrétiens passe par la relation à Jésus-Christ, une relation qui intéresse chacun et l’ensemble des croyants, une relation nouvelle parce que nous ne sommes pas en relation avec Dieu par l’appartenance charnelle à un peuple (approche juive), ou de par notre propre chef (approche de sagesse). Mais parce que nous avons revêtu le Christ, qu’il forme comme cette enveloppe qui nous conduit en elle, l’enveloppe, vers le Père. L’humanité du Christ est notre chemin vers le mystère de Dieu.

foule.jpg

Dès lors les différences qui comptaient tant avant sont à reprendre dans ce mouvement. Ce mouvement vers le mystère de Dieu, qui est aussi mouvement de l’unité de l’homme en lui-même et en relation avec les autres. Le mystère de l’unité des croyants par l’action de l’Esprit, unité qui se révèle en chacun et qui se révèle entre tous les croyants, changement radical de la manière de se situer dans l’existence, notre existence ne se vit plus par rapport à nous mais dans l’existence du Christ Jésus ; dès lors nous recevons ce que lui-même a reçu, son héritage. Heureux les doux, ils recevront la terre en partage…

Sachons, par contre coup, inventer notre existence dans notre situation actuelle en étant aussi conscients de ce grand mouvement qui entraine toute l’humanité, nous, mais aussi les autres, ceux qui sont avec nous, ceux qui s’opposent à nous, ceux que nous connaissons et ceux que nous ne connaissons pas, ceux qui sont avant nous et ceux qui seront après nous. C’est bien ainsi qu’il nous sera donné d’agir justement. C’est bien ainsi que nous serons amené à discerner ce qui est bon, souhaitable pour la croissance du Corps du Christ dans lequel nous sommes incorporés avec tous les autres. Notre identité véritable surgit, nous sommes enfants du Père, frères et sœurs les uns les autres… dans le Corps du Christ !

Galates 3, 26-29 En Jésus Christ, vous êtes tous fils de Dieu par la foi.  En effet, vous tous que le baptême a unis au Christ, vous avez revêtu le Christ ; il n'y a plus ni juif ni païen, il n'y a plus ni esclave ni homme libre, il n'y a plus l'homme et la femme, car tous, vous ne faites plus qu'un dans le Christ Jésus.  Et si vous appartenez au Christ, c'est vous qui êtes la descendance d'Abraham ; et l'héritage que Dieu lui a promis, c'est à vous qu'il revient.

Père Jean-Luc Fabre

image 1 http://www.emro.who.int/images/stories/violence/vid_home.png

image 2 http://1.bp.blogspot.com/-bYwLce2MQ4k/T1s_2bK2qMI/AAAAAAAAIO0/x4hgZ8q4VfA/s1600/foule.jpg