Ga 5, 1.13-18 Vraiment libres… être canal et non réceptacle !

Publié le par père Jean-Luc Fabre

2e lecture du 13e dimanche du temps ordinaire, année C

Dans ces quelques lignes Paul nous présente la vie, la vie d’après, celle dans laquelle nous devons normalement être, celle d’après la libération, celle où nous devons vivre de cette liberté… Le mouvement à suivre alors quel est-il ? Pour ne pas retomber, pour demeurer dans cet état…

filtre.jpg

En plus de la réponse circonstanciée de Paul, il est heureux de savoir que le combat que nous menons a été mené dès le début… et qu’il a été gagné puisque nous sommes là malgré tout… Alors comment avancer, quelle direction prendre, que tenter pour demeurer fidèle à ce qui nous a libérés ? Comment prendre distance par rapport à ce qui casse cette capacité d’ouverture en nous ?
Et bien continuer à recevoir le mouvement que nous avons reçu. D’une certaine manière, ce mouvement ne s’arrêtait pas à nous, nous n’étions pas son terme, même lorsque nous l’avons reçu. La solution pour nous est bien de s’inscrire, libérés, dans le mouvement qui nous a libérés. Nous pourrons d’ailleurs l’entendre alors en vérité, sans le replier sur nous.
Nous ne vivons vraiment qu’au niveau du corps entier… Voilà repéré aussi le risque en toute action : se replier sur soi, prendre pour soi, garder en soi, ce qui venait à travers soi… Ne pas retenir, se considérer non comme un récipient mais comme une conduite… une simple conduite.
Dès lors, notre vie est informée, non par une obligation mais par une dynamique, un mouvement, une ouverture, vers une rencontre toujours plus grande… une relation, une communication, une communion… Dès lors nous accédons à notre véritable identité portés par le flux de la vie, à laquelle nous consentons en acceptant peu à peu que tout de nous se trouve mobilisé par ce simple flux…
C’est peut-être ainsi que nous pouvons comprendre cette vie selon le souffle de l’esprit, cette vie qui nous donne de comprendre qui nous sommes vraiment non par rapport à nous mais par rapport à l’ouverture aux autres, l’amour des autres…
Galates 5, 1.13-18 Frères, si le Christ nous a libérés, c'est pour que nous soyons vraiment libres. Alors tenez bon, et ne reprenez pas les chaînes de votre ancien esclavage. Vous avez été appelés à la liberté. Mais que cette liberté ne soit pas un prétexte pour satisfaire votre égoïsme ; au contraire, mettez-vous, par amour, au service les uns des autres. Car toute la Loi atteint sa perfection dans un seul commandement, et le voici : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde : vous allez vous détruire les uns les autres. Je vous le dis : vivez sous la conduite de l'Esprit de Dieu ; alors vous n'obéirez pas aux tendances égoïstes de la chair. Car les tendances de la chair s'opposent à l'esprit, et les tendances de l'esprit s'opposent à la chair. En effet, il y a là un affrontement qui vous empêche de faire ce que vous voudriez. Mais en vous laissant conduire par l'Esprit, vous n'êtes plus sujets de la Loi.

Père Jean-Luc Fabre

image http://www.pragmasoft.be/carnets/geo/puits/filt2.jpg