He 12, 18-19.22-24a 2e lecture du 22e dimanche du temps ordinaire, C

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Dimanche 28/08/2016
Vers un univers saturé de relations, en pleine transformation… Sa porte en est le médiateur de l’Alliance Nouvelle…
La nouveauté vraie, comment se fait-elle connaître ? Comment même pouvons-nous la dire ? En prendre la mesure… c’est bien la grande question à laquelle, les premiers chrétiens ont du s’affronter… La nouveauté du Christ les a laissés, pour une part, désemparés. Ils ont du abondamment réfléchir, analyser, proposer pour peu à peu prendre la mesure de la nouveauté du Christ qui vient accomplir la promesse de Dieu. Dès lors, un moyen simple se présente, la comparaison entre l’ancienne et la nouvelle alliance, qui se présente comme l’alliance éternelle. Alliance qui parlait dès l’origine… C’est bien ainsi que nous pouvons entrer dans ce passage des Hébreux…
st-pierre-de-la-tour-daulnay-saintonge.jpg 
Comment caractériser, situer la rencontre, les modalités de l’échange entre les hommes croyants et Dieu aujourd’hui ? En les mettant en relation avec la révélation du Sinaï et en montrant leurs différences… Et aussi, en manifestant la saturation de la révélation qui s’opère en Jésus Christ. En cette révélation du Fils, s’envisage, s’inaugure l’ensemble de la transformation de l’humanité, du cosmos… Une révélation totale, qui n’est pas réservée pour le temps présent, pour certains pris dans une relation de nation, comme au Sinaï, mais qui culmine et provient de Jésus, le médiateur de l’Alliance Nouvelle…
 
Nous avons à nous rendre attentifs dans ce passage à l’ensemble de la réalité qui est mise en jeu dans cette nouvelle alliance… dans la quadruple venue vers Dieu… Le Christ relie, ouvre, réconcilie toutes choses… Il y a, en lui, en germe et en achèvement, l’assemblée des premiers-nés dans la fête éternelle des cieux, le jugement divin qui a porté son fruit de perfection, l’histoire sainte qui a été parachevée dans la Jérusalem céleste… et l’action du Fils… Parcourons cet ensemble. Mesurons la présence du Seigneur Jésus. Réalisons combien le Seigneur opère cette réconciliation à travers sa propre offrande, comment le don qu’il fait de lui-même, gagne l’ensemble du réel, aussi bien le passé, le présent que l’avenir… Il ouvre et s’ouvre à tout…
 
Ouvrons-nous aussi à cette exubérance de l’expression artistique de la foi chrétienne qui tente de manifester cet embrasement de tout le réel lorsqu’il reconnait la présence agissante et médiatrice de son Seigneur, le Christ Jésus… Entrons nous aussi dans cette danse…
Hebreux 12, 18-19.22-24a
Frères, quand vous êtes venus vers Dieu, il n'y avait rien de matériel comme au Sinaï, pas de feu qui brûle, pas d'obscurité, de ténèbres, ni d'ouragan, pas de son de trompettes, pas de paroles prononcées par cette voix que les fils d'Israël demandèrent à ne plus entendre. Mais vous êtes venus vers la montagne de Sion et vers la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, vers des milliers d'anges en fête et vers l'assemblée des premiers-nés dont les noms sont inscrits dans les cieux. Vous êtes venus vers Dieu, le juge de tous les hommes, et vers les âmes des justes arrivés à la perfection. Vous êtes venus vers Jésus, le médiateur d'une Alliance nouvelle.

Père Jean-Luc Fabre

image http://textessurlesartsplastiques2.files.wordpress.com/2012/07/st-pierre-de-la-tour-daulnay-saintonge0.jpg