Il faut savoir demander

Publié le par père Jean-Luc

Demander.jpg

Dans une réunion de grands vendeurs, le grand crac, celui qui fait, depuis 20 ans, plus de chiffre que tout le monde et gagne plus en commissions que le patron, fait un exposé : "Et maintenant, je vais vous livrer le secret de mon succès. Je l'ai écrit sur une feuille et mis dans cette enveloppe. Mais le succès se mérite. Je vais donc vendre cette enveloppe, qui contient, vous en avez ma parole, tous le secret de ma réussite non seulement dans la vente mais aussi dans la vie, aux enchères." Les enchères commencent, d'abord timidement... 5 euros, puis 10 euros, puis 50, 100, 130, 150, 200... Finalement, un de ses collègues remporte les enchères avec un peu plus de 1.000 euros. L'heureux gagnant prend l'enveloppe. Il la garde précieusement, et le soir, dans sa chambre, il ouvre l'enveloppe pour savoir enfin LE SECRET DU SUCCES. A votre avis, qu'y a-t-il sur cette feuille de papier ? Réfléchissez un instant. Notez mentalement ce qui vous vient à l'esprit, avant de lire la réponse. Car je vais vous révéler, effectivement, plus bas dans cet email, ce qui était écrit sur  cette feuille de papier -- et qui vaut, à mon avis, bien plus  que 1.000 euros.... Le gagnant de l'enchère déchire l'enveloppe, tire la feuille, la déplie, et il y a seulement ces quelques mots : IL FAUT SAVOIR DEMANDER. (c)www.cpositif.com

Et encore…

Hier soir, un couple a sonné à la porte de ma maison de campagne. Des "nouveaux" voisins dont je n'avais jamais fait la connaissance. John, le mari, me dit en riant: "Il est arrivé une chose incroyable: ma femme était là quand vous avez eu votre accident, il y a 2 ans, et quand la personne qui vous accompagnait a fait de grand gestes, elle a cru qu'il lui disait... bonjour." Effectivement, Flora m'a raconté comment, étant dans sa chaise longue au bord de l'eau, elle a vu quelqu'un lui faire de grands gestes. "J'ai pensé qu'il me disait bonjour". La réalité était toute autre. Je gisais sur le sol, dans le coma. Le fournisseur qui était avec moi demandait du secours. Il ne voulait pas me quitter, me parlait constamment, veillait à ce que je ne bouge pas car il savait ma colonne vertébrale atteinte. C'est finalement ma femme, alertée par un pressentiment, qui est venue nous secourir alors qu'elle avait mille autres choses à faire et aucune raison de venir. La force de l'amour et de l'intuition féminine. Comment ma voisine a pu se tromper à ce point? Il y a des conventions internationales, même pour le langage du corps. Si vous mettez vos deux bras en l'air pour former un Y, vous demandez de l'aide. Si vous n'en avez pas besoin, baissez un bras. Ma belle-sœur a failli se noyer l'autre jour. Sa fille lui mettait la tête sous l'eau pour jouer, et elle a dit à Alex, notre fils: "Victoria me met la tête sous l'eau": Alex a entendu, et n'a pas réagi. C'était une information, pas un vrai appel à l'aide. Ensuite, s'en étant sortie toute seule, elle s'en est pris à Alexandre. "Tu as fait exprès de ne pas réagir, j'aurais pu mourir noyée." J'ai pris sa défense. "Ivone, si tu es en danger, il y a une convention que tout le monde comprend. Crie À L'AIDE ! Si tu es dans un pays anglo-saxon, crie HELP !" Beaucoup de gens ne savent pas demander. On leur a fait comprendre que demander n'est pas bien. Ils ont peur qu'on leur dise "NON". Alors ils emploient des stratégies pour demander sans demander, du genre "Victoria me met la tête sous l'eau". Il y a des situations où il faut demander clairement: Mettez son corps en Y. Crier "AU SECOURS!" Écrire "S.O.S." Une fraction de seconde peut vous coûter la vie. (c)www.cpositif.com

Source de l'image http://ecoles.ac-rouen.fr/circhavrecentre/IMG/jpg/Demander.jpg

Publié dans Pensée du jour