Il n’y a pas d’œcuménisme sans changement du coeur

Publié le par Père Jean-Luc

Il n’y a pas d’œcuménisme sans changement du coeur.  Que faut-il pour changer vraiment en nos vies ? [Préambule décret Unitatis Redintegratio]

Il n’y a pas de véritable œcuménisme sans conversion intérieure. En effet, c’est du renouveau de l’esprit, du renoncement à soi-même et d’une libre effusion de charité que naissent et mûrissent les désirs de l’unité. (L’œcuménisme n°7)

Le Concile Vatican II prend en compte l’évolution de la société mondiale qui se dessine déjà dans ces années là et mesure comment l’Eglise doit se changer pour devenir plus fidèle à sa mission dans cette nouvelle situation. C’est dans cette perspective qu’il y aura le 21 novembre 1964 la promulgation par le Pape Paul VI du décret sur l’œcuménisme Unitatis Redintegratio. Le Préambule donne nettement les tenants et aboutissants de ce décret. Il situe notamment les raisons fondamentales de ce décret : annoncer la Bonne Nouvelle du Salut en Jésus-Christ de manière crédible aux hommes requiert l’unité des Chrétiens, des mouvements manifestant le désir d’union ont été suscités par le Seigneur depuis quelques décennies. Aussi l’Eglise « veut proposer à tous les catholiques les moyens, les voies et les modes d’action qui leur permettront à eux-mêmes de répondre à cet appel divin et à cette grâce ». L’œcuménisme y apparait bien d’abord et avant tout comme une démarche de conversion personnelle de chacun...
Le passage proposé à votre méditation explicite la démarche intérieure proposée. Les pistes qui sont données balayent l’ensemble de la personne, de ce qui la relie... On peut regrouper selon les quatre pôles déjà évoqués dans le billet précédent. Ce qui indique bien une approche cohérente.
·    La vision s’acquiert par une « libre effusion de la charité », qui demande d’aimer tout homme et notamment son frère chrétien d’une autre confession...
·    Le « renouveau de l’esprit » ouvre à une manière renouvelée de penser et de comprendre l’unité,
·    Le « renoncement à soi-même » vise à prendre distance par rapport à une identité qui prendrait assise plus sur la position sociale extérieure que sur l’appel intérieur du Seigneur...
Avoir travaillé selon ces trois pôles sa « conversion intérieure » pour être libérés de ces diverses attaches, donne « aux désirs d’unité de naître et de mûrir »...
Faire ainsi conduit à un « véritable œcuménisme » qui ne se contente pas de régler des questions d’organisation, de trouver des compromis doctrinaux circonstanciés. La réponse découle d’une remise en perspective de chacun et de tous selon la promesse fondamentale du rassemblement de l’humanité promis par le Seigneur Jésus... les autres dimensions deviennent les moyens pour cette fin...
Ces quelques lignes nous donnent, je pense, de percevoir autrement les semaines de l’unité de Janvier. Mystérieusement mais réellement l’unité sourd de la démarche intérieure des croyants, suscitée par l’Esprit. Sachons les habiter intérieurement...

Pour que « naissent et mûrissent les désirs de l’unité »... que faut-il ?

tab2.JPG

10 pierre paul 

Aller vers l'autre, ce que cela requiert ...

Père Jean-Luc 

photo http://peindre-icones.fr/images/10_pierre_paul.jpg

Publié dans Concile Vat II