Je m'abandonne à son amour

Publié le par Jardinier de Dieu

rose-bouquet.JPG

 

Le bien-aimé se fait entendre,

J’ai reconnu sa voix douce.

Mon cœur ne saurait se défendre

De suivre ses aimables lois

C’est au Calvaire qu’il m’appelle,

J’y cours avec lui dès ce jour.

Victime soumise et fidèle,

Je m’abandonne à son amour.

 

François-Alexandre de Bouillerie, Ricard, 1869.

 

Sujet de méditations pour l’adoration perpétuelle.

 

Périsse frères, Paris, p.243.

Publié dans Pensée du jour