1Jn 5, 1-6 Jésus Christ, venu par l'eau et le sang

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

L’Esprit du Crucifié nous donnent de signer nos vies « Oui » et « Non » pleinement, « Amen ! » Alléluia !!!
lac-du-jardin-dubarry1.JPG
Les jours de la Passion se sont éloignés, nous pouvons jeter sur eux un nouveau regard, comprendre de nouveau dans la clarté pascale. Bientôt viendra le temps de l’annonce, aujourd’hui le temps de l’appropriation, de la compréhension, de la prise d’habit de notre nouvelle identité de croyant, de chrétien... Jean nous y aide, lui qui a repris avec beaucoup de profondeur ce qui a été vécu par le Seigneur et tous les autres...

« C'est lui, Jésus Christ, qui est venu par l'eau et par le sang » ; nous sentons bien que Jean fait référence au mystère du Christ tel qu’il se déploie dans la vie du Christ, de sa vie ainsi que de sa Passion et de sa Mort... Jean le dit et le redit... « Pas seulement l'eau, mais l'eau et le sang » et il rajoute encore celui qui explicite, rend témoignage, l’Esprit. « Et celui qui rend témoignage, c'est l'Esprit, car l'Esprit est la vérité. »

Il est donné à la méditation de chacun de mieux comprendre ces formules, formules nées des premiers croyants, formule essentielle à notre foi. L’inscription de mon image d’ordination était la suivante « Oui, Amen ». Jadis je la comprenais comme une affirmation redoublée de la suite du Christ, le désir d’une fidélité sans faille : « oui » et encore plus « amen »... Aujourd’hui, avec les années, je la comprends autrement.

« Amen » a pris la couleur du « oui », lorsqu’il a aussi rencontré le « non ». L’image devrait porter cette inscription « oui et non, amen ! ». Jésus a porté le « oui » de l’homme dans sa vie, il a porté l’eau de la vie, il a aussi porté jusqu’à y être identifié le « non » de l’homme, c’est le sang de la Passion. L’eau vivifiante et le sang régénérant... Et à la Résurrection, Jésus revient à nous, fort d’avoir tout porté et notre « oui » et notre « non ». Nous pouvons donc aller à lui, lui répondre avec le tout de nous-mêmes, le « oui » de notre cœur mais aussi le « non », nous pouvons aller à lui en entier... être sauvés pleinement, être pleinement touchés par sa Grâce, lui répondre vraiment dans un filial « amen ».

L’Esprit réconcilie tout, lui qui fait la vérité.

Nous sommes « oui » et « non », reconnaissons-le, le Seigneur nous accueille « oui » et « non », la Bonne Nouvelle peut passer par notre cœur.

Père Jean-Luc Fabre

Première lettre de saint Jean 5,1-6.

Bien-aimés, celui qui croit que Jésus est le Christ, celui-là est né de Dieu ; celui qui aime le Père qui a engendré aime aussi le Fils qui est né de lui. Voici comment nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu : lorsque nous aimons Dieu et que nous accomplissons ses commandements. Car tel est l’amour de Dieu : arder ses commandements ; et ses commandements ne sont pas un fardeau, puisque tout être qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Or la victoire remportée sur le monde, c’est notre foi. Qui donc est vainqueur du monde ? N’est-ce pas celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ? C’est lui, Jésus Christ, qui est venu par l’eau et par le sang : non pas seulement avec l’eau, mais avec l’eau et avec le sang. Et celui qui rend témoignage, c’est l’Esprit, car l’Esprit est la vérité.

– Parole du Seigneur.

Publié dans Lettre de St Jean