Jn 13,21-33.36-38 « La vie continue à se donner, ainsi elle triomphe… »

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

Mardi Saint

Jean 13, 21-33.36-38 En ce temps-là, au cours du repas que Jésus prenait avec ses disciples, il fut bouleversé en son esprit, et il rendit ce témoignage : « Amen, amen, je vous le dis : l’un de vous me livrera. » Les disciples se regardaient les uns les autres avec embarras, ne sachant pas de qui Jésus parlait. Il y avait à table, appuyé contre Jésus, l’un de ses disciples, celui que Jésus aimait  Simon-Pierre lui fait signe de demander à Jésus de qui il veut parler.  Le disciple se penche donc sur la poitrine de Jésus et lui dit : « Seigneur, qui est-ce ? » Jésus lui répond : « C’est celui à qui je donnerai la bouchée que je vais tremper dans le plat. » Il trempe la bouchée, et la donne à Judas, fils de Simon l’Iscariote Et, quand Judas eut pris la bouchée, Satan entra en lui. Jésus lui dit alors : « Ce que tu fais, fais-le vite. » Mais aucun des convives ne comprit pourquoi il lui avait dit cela. Comme Judas tenait la bourse commune, certains pensèrent que Jésus voulait lui dire d’acheter ce qu’il fallait pour la fête, ou de donner quelque chose aux pauvres.  Judas prit donc la bouchée, et sortit aussitôt. Or il faisait nuit.  Quand il fut sorti, Jésus déclara : « Maintenant le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera ; et il le glorifiera bientôt. Petits enfants, c’est pour peu de temps encore que je suis avec vous Vous me chercherez, et, comme je l’ai dit aux Juifs : “Là où je vais, vous ne pouvez pas aller” je vous le dis maintenant à vous aussi. » Simon-Pierre lui dit : « Seigneur, où vas-tu ? » Jésus lui répondit : « Là où je vais, tu ne peux pas me suivre maintenant ; tu me suivras plus tard. » Pierre lui dit : « Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre à présent ? Je donnerai ma vie pour toi ! » Jésus réplique : « Tu donneras ta vie pour moi ? Amen, amen, je te le dis : le coq ne chantera pas avant que tu m’aies renié trois fois. »

*****

« Amen, amen, je vous le dis : l’un de vous me livrera. » Voilà une nouveauté vient percuter la manière dont Jésus se représente les choses, une évidence se fait jour, il va être livré, il va être trahi. Il en est bouleversé, mais malgré cela, il ne se replie, il en parle à ses proches. Son œuvre, que les personnes s’entendent, qu’elles soient unies, ensemble avec lui est ruinée. Le projet ne pourra pas aboutir, l’un d’entre eux va trahir, et cela signe l’échec radical de sa mission sur le plan humain de l’action, il a perdu… On voit déjà tout ce qui part en vrille, les inquiétudes, les suspicions, les désunions… Le désespoir est là, prêt à mordre encore plus profondément en lui…

« Il trempe la bouchée, et la donne à Judas » Jésus réagit, il acquiesce à la situation, il l’accepte. Son geste porte, signe son accord. Par-là, Jésus signifie qu’il donne toute son action, ce qu’il a entrepris, espéré, il le remet à Celui qui l’a envoyé. Il continue à bénir, à vouloir, au-delà de sa réalisation l’union du ciel et de la terre, du Père et de ses frères. Jésus meurt à lui-même, à la tentation d’exister par lui-même, par son action. Il donne sa vie, tout ce qui l’anime.

« Maintenant le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui » Et tout se renverse, dans cette humanité qui renonce à elle-même, au cœur de l’épreuve, la vie divine peut passer, elle se manifeste, la gloire du Fils, la gloire du Père. La vie en plénitude peut continuer à relier humanité et mystère de Dieu. La Vie de Dieu va pouvoir se répandre chez tous. Désormais, à l’heure de l’épreuve, du risque de la désespérance, de la désolation, du suicide pour chacun de nous, il y a, il y  aura toujours Jésus qui nous aura déjà précédé, qui dans cette situation offrira un chemin nouveau, un chemin de vie… Nous pourrons mettre nos pas dans ses pas, être porté par lui…

Laissons-nous imprégner de ce mouvement de cette humanité qui se donne, qui se donne totalement et qui, par-là, permet à la divinité de nous rejoindre, chacun de nous en nos situations, parce que nous sommes reliés au Fils.

Père Jean-Luc Fabre

[Source image : http://a397.idata.over-blog.com/3/43/88/27/epigraphie-tilde/briec/chapelle-sainte-cecile/antependium/272c.jpg ]

Mercredi saint : Trahison de Judas
Lundi saint : L'onction de Jésus à Béthanie