Jn 14, 1-6 Objectif non plus Lune mais Terre !

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Vendredi (4e semaine de Pâques)

Jean 14, 1-6 À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : Je pars vous préparer une place ? Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi. Pour aller où je m'en vais, vous savez le chemin. » Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas ; comment pourrions-nous savoir le chemin ? » Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. »

tintin-et-la-lune.jpg

Ce passage d’Evangile s’adresse directement à nous, les hommes, les femmes de tous les temps, pour notre vie la plus concrète, celle que nous vivons au jour le jour. Dans ce passage d’Evangile, se dit ce que le Seigneur Jésus réalise pour chacun de nous et ouvre ainsi la manière pour que chacun de nous, nous puissions répondre en notre nom propre et donner ainsi au Royaume de grandir sur notre terre.


« Beaucoup peuvent trouver leur demeure »  Une parole de grand prix que nous devons prendre le temps de recevoir, d’apprécier, de nous incorporer. Le Seigneur déclare là, la légitimité de la différence entre nous, la différence des origines des premiers temps de l’Eglise entre les chrétiens d’origine juive et ceux d’origine païenne mais aussi, pour nous, en ces jours, celle des périodes historiques, des tempéraments, des options politiques. Le Seigneur est le Seigneur de tous. Il désire la rencontre avec chacun et elle est possible. Nous pouvons garder espoir et aller à lui avec celui que nous sommes, à partir de la situation dans laquelle nous sommes. C’est la première et grande bonne nouvelle de ce passage d’évangile. Je suis aimé de Dieu comme je suis qui que je sois… Le Seigneur m’appelle à avoir confiance en moi, à être moi-même.


« Je reviendrai vous prendre avec moi » La deuxième bonne nouvelle, c’est que le Seigneur promet à chacun de nous un chemin qui part de là où nous sommes pour nous mener à la vraie vie. Il sera avec nous durant ce chemin, il sera même le chemin. Je rencontre le Seigneur à partir de l’échange entre nos deux humanités. La manière dont le Seigneur a assumé son humanité pour tous, ouvre à chacun, à partir de celui qu’il est, là où il est, un chemin unique et propre, celui de la rencontre, celui de la parole en vérité, celui de la suite, celui de la mission, celui de l’union en tout…


« Passer par moi ». Voilà que de nouveau mais d’une manière différente s’ouvre à nous la contemplation, l’appropriation par nous de la vie du Seigneur, celle qu’il a mené durant sa vie terrestre. Nous avons redécouvert le terme de cette existence, nous conduire à la Vie véritable. Nous savons aussi que notre existence présente, la personne que nous sommes est d’un grand prix pour le Seigneur. Nous nous ouvrons alors à recevoir radicalement cette vie en tous les aspects qu’elle manifeste. Des saints comme François ou Ignace et bien d’autres ont pris ce chemin, ils sont devenus ainsi pleinement eux-mêmes pris dans la relation avec le Seigneur et l’humanité entière. Le Seigneur éclaire notre vie, il la conduit. Allons à Lui, passons par Lui, devenons celui que nous sommes en Lui.

 père Jean-Luc Fabre 

 

image http://www.bdsphere.fr/wp-content/uploads/2012/08/Bandeau.jpg

Notre aller vers Dieu passe par l’acceptation profonde de notre situation, de ce qui nous constitue. Notre objectif n’est pas une vie rêvée mais la vie qui s’ouvre à nous à partir de celui que nous sommes et de notre situation, objectif Terre et non Lune comme pour Tintin…