Jn 16, 29-33 Discours de la Cène : Jésus, uni à son Père, est vainqueur du monde

Publié le par Jardinier de Dieu

Lundi (7ème semaine de Pâques)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 16,29-33.
A l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il parlait à ses disciples. Ceux-ci lui disent alors : " Voici que tu parles ouvertement, sans employer de paraboles.
Maintenant nous savons que tu sais toutes choses, et qu'il n'y a pas besoin de t'interroger : voilà pourquoi nous croyons que tu es venu de Dieu. »
Jésus leur répondit : « C'est maintenant que vous croyez !
L'heure vient - et même elle est venue - où vous serez dispersés chacun de son côté, et vous me laisserez seul ; pourtant je ne suis pas seul, puisque le Père est avec moi.
Je vous ai dit tout cela pour que vous trouviez en moi la paix. Dans le monde, vous trouverez la détresse, mais ayez confiance : moi, je suis vainqueur du monde. »
  Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

jesus-1.jpg

« Maintenant nous savons que tu sais toutes choses, et qu'il n'y a pas besoin de t'interroger : voilà pourquoi nous croyons que tu es venu de Dieu. »
Cette profession de foi  des disciples fait penser à la nôtre. Nous disons le crédo de dimanche en dimanche, d'année en d'année, mais nous tournons le dos à notre Dieu à la moindre occasion. Le Seigneur connait bien notre état de pécheur, il nous accepte, il nous aime tels que nous sommes. Il ne veut pas que nous soyons écrasés par le mal qui existe dans le monde ou celui de nos coeurs, en nous donnant sa Paix. Que cette paix règne dans nos coeurs !
Croyons toujours en sa Parole : Il a vaincu la mort, il continue à la vaincre. Ayons confiance en Lui.
Seigneur, aide-nous à ne pas te laisser seul en nous indiquant ceux que nous devons aimer et servir !
Nous vous invitons à lire un passage du livre "Derniers témoignages" du Monseigneur Vladimir Ghika (p.p.51-52), 1970 :
 
 
 
 
NOUS : Que faut-il penser de la Paix?
LUI :  Toute Paix repose sur une harmonie, et toute harmonie sur un mystère.
Si tu es en paix avec Dieu, tu peux te réjouir de tes douleurs et tu dois prendre garde à tes jouissances.
Prends ce qu'on te donne, et donne ce qu'on te prend, si tu veux avoir la paix sur terre.
Il ne peut y avoir de paix que dans l'amour.
Dieu est sans cesse penché sur notre âme. Si elle est calme, elle le reflète.
NOUS : Et la Sagesse?
LUI : La perfection de la Sagesse embrasse tout, jusqu'au-delà de celle de la science.
Un être vivant doit être regardé comme être et comme vivant: lien de l'être et de la vie.
Tu peux toujours chercher le point par où ce qui te heurte n'est pas un mal et peut être un progrès.
Garde avec piété mémoire du bien qu'on te fait. La terre te paraîtra moins laide et le ciel te sera plus doux.
Ce qui ne sert à rien peut encore nous servir à nous dégoûter de l'inutile.
On peut braver le péril; on n'a pas le droit de le provoquer.
NOUS : Quels rapports y a-t-il entre la sagesse et la simplicité?
LUI : Peu de gens aiment la simplicité simplement.
Plus une parole est simple, plus elle possède un gage d'immortalité.
Les roses ne le disent pas, mais elles sont heureuses d'être roses, et c'est ce qui les fait si belles.
Ce qu'il y a, quelquefois, de plus difficile, c'est d'oser des choses simples.
Tout en Dieu est sans mélange, même l'union avec Lui.
NOUS : Est-ce une des formes de la sagesse de savoir utiliser le temps présent?
LUI : Le présent est le nom de la route du ciel.
Au lieu de souhaiter: «Dieu soit avec vous!» il serait plus juste et plus efficace de dire: «Soyez avec Dieu!» car Dieu est toujours avec nous, mais c'est nous qui ne sommes pas toujours avec Dieu.
Le présent est-il autre chose que le regard de Dieu?
Le terrible voisinage de Dieu ne nous abandonne pas un instant.
Du côté de Dieu, chaque instant est sanctifié. De notre côté, chaque instant est sanctifiable.
Chaque instant, pour accomplir sa destinée d'instant, doit apporter quelque chose à quelqu'un.
Dieu est seul à tenir compte de tout et à pouvoir le faire.
NOUS : Faut-il revenir sur le passé? ... prévoir l'avenir? ...
LUI ::  Ne regarde en arrière que pour être pardonné ... pardonner ... et bénir.
Toute la force du passé tient à ce qu'il a été présent et qu'il a voulu être l'avenir.
O jour qui finis, donne-moi une leçon de mort!
La vie est autre chose que ce que nous la rêvions, surtout parce que nous sommes autres que ce que nous croyions.
Il faut aller à la réalité de demain non avec des rêves, mais avec des forces.
Tout passe, mais rien ne finit.
En tout ce que tu fais, songe que tu vas à la rencontre de Dieu, ou que tu dois rester en sa compagnie.
On appelle instant chaque carrefour d'éternité.
(Merci à l'ami qui nous a offert la photo)