Jn 17,20-26 Leur unité soit parfaite !

Publié le par père Jean-Luc Fabre

( Que notre unité soit parfaite et le monde croira.)

flamme bougie 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 17,20-26.

En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Père saint, garde mes disciples unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes.
Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie.
Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés.
Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde.
Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais.
Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde.
Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité.
De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde.
Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. »

***

Il y a le monde, le Fils, le Père, ceux qui croient au Fils et au Père, et les autres, tous les autres… il y a l’amour entre tous ceux-là, amour qui se diffuse, qui va du Père au Fils « tu m'as aimé avant même la création du monde », puis du Fils à ceux qui croient et de là à tous les autres qui sont loin, « pour qu'ils aient en eux l'amour dont tu m'as aimé, et que moi aussi, je sois en eux ». Cet amour qui va, se manifeste, s’exprime, entraine, cet amour qui revient aussi, reflue vers sa source… Le sens des choses, des relations se révèle dans ce mouvement, dans cette unité… qui se propage, se révèle, se construit pour que l’amour règne. « Que leur unité soit parfaite ; ainsi, le monde saura que tu m'as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m'as aimé »…

Cette parole totale dite lors du dernier repas de Jésus avec ses disciples, juste avant sa passion, est devenue pour nous vraiment croyable avec le déploiement du temps pascal. Elle s’est incarnée, elle a pris forme, sous nos yeux, dans les récits de la primitive Eglise… Après l’Ascension, nous sommes de plus en plus appelés à notre présent, à notre quotidien, là où nous nous tenons…

Aujourd’hui encore, en notre monde, là où nous sommes, cette parole peut prendre consistance, poids, réalité, s’incarner… en habitant dans nos cœurs, dans nos attitudes, dans nos pratiques… il suffit de laisser cette unité nous rejoindre, nous rassembler, il suffit de nous laisser aimer, de laisser l’amour agir en nous, entre nous, de nous pardonner et l’invention, la nouveauté deviendront possible, l’histoire de la Bonne Nouvelle pourra continuer, pourra passer par nous…

Jésus a prié à cette intention et sa prière a été reçue. Il suffit d’y croire. Cette flamme peut se propager… Les portes vont s’ouvrir, le feu va venir, nous attendons…

Père Jean-Luc Fabre