Jn 3, 13-17 La Croix glorieuse, un chemin pour nous…

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 3,13-17.

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème :    
De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé,
afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle.
Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle.
Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.

Croix_de_Fer3.jpg

« Nul n'est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel » Quelle est donc la bonne nouvelle à nous réservée en cette fête où nous faisons mémoire de la découverte par Hélène de la Croix du Christ ? Cette fête sonne comme un petit rappel en septembre de la fête de Pâques qui se vit au Printemps. Nous fêtons non seulement la Croix, mais la Croix glorieuse. Hors la Croix en elle-même n’est pas glorieuse, c’est un horrible supplice… Alors, ce que nous avons peut-être à considérer surtout et avant tout : c’est que Celui qui s’est fait pour nous « chemin, vérité et vie », c’est de la vie qu’il est venu, du ciel, que cette vie en plénitude à rencontrer ce qui s’opposait à elle. Et là, elle a manifesté sa vérité, sur la Croix. Et la manière qu’elle a eu de manifester sa vérité, de donner sa vie, nous ouvre, là où nous sommes, un chemin. Ce chemin nous conduit à la vie en nous rendant capable de faire la vérité sur notre existence, sur notre manière d’être, en mesurant ce que Lui a vécu… Lui-même, ce Fils de l’Homme, il prend ce chemin parce qu’il sait, de tout son être de Fils, l’appel au bonheur qu’il y a en au fond de ce chemin. Il a connu le Ciel et il y retourne par ce chemin, entrainant chacun des siens… Un peu comme les saumons qui remontent frayer là où ils sont nés, capables pour cela d’aller jusqu’à mourir d‘épuisement…
« Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique »  Nous retrouvons dans ce passage d’Evangile ce qui a inspiré Ignace. C’est bien le mouvement du Christ qu’Ignace propose pour entrer en Colloque avec Lui, le Christ en Croix, durant la première semaine des Exercices Spirituels : « Imaginant le Christ notre Seigneur devant moi et mis en croix, faire un colloque : comment, de Créateur, il en est venu à se faire homme, à passer de la vie éternelle à la mort temporelle, et ainsi à mourir pour mes péchés ». C’est de ce foyer d’amour entre le Père et le Fils dans l’Esprit qu’émane cette force du salut pour nous, ce don que nous recevons. Et ce don peut nous transformer, nous donner de croire, d’aimer à notre tour, d’œuvrer à notre tour pour, non plus seulement, notre propre salut mais le salut du monde. Faisant nôtre ce que le Christ Jésus dit…
« Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé ». Cela est pour nous, promesse de vie véritable en ce monde. Si nous recevons de Lui la vie, alors sachons que se posera à nous d’une manière ou d’une autre la question du témoignage, et sachons que, par le témoignage, la vérité pourra se manifester et que de cette manifestation pourra surgir des chemins pour ceux qui seront touchés et que nous ne suspecterions pas… Et ainsi le monde, peu à peu, sera sauvé en pouvant contribuer à son propre salut… Offrons-nous humblement à témoigner de notre foi…

père Jean-Luc Fabre

photo http://www.rochmalnuit.com/admin/photos/Croix_de_Fer3.jpg