Joseph le juste en prise avec la violence

Publié le par père Jean-Luc

Mercredi 28 décembre 2011, Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 2,13-18.
Après la visite des mages à Bethléem, l'ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l'enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu'à ce que je t'avertisse, car Hérode va rechercher l'enfant pour le faire périr. » Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l'enfant et sa mère, et se retira en Égypte,
où il resta jusqu'à la mort d'Hérode. Ainsi s'accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète : D'Égypte, j'ai appelé mon fils. Alors Hérode, voyant que les mages l'avaient trompé, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants de moins de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d'après la date qu'il s'était fait préciser par les mages. Alors s'accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète Jérémie : Un cri s'élève dans Rama, des pleurs et une longue plainte : c'est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas qu'on la console, car ils ne sont plus.
Fuite-egypte.jpg

Dans cette scène nous trouvons comme acteur principal Joseph le Juste qui doit s'affronter à la violence, violence qui rôde partout.

Il a déjà connu la violence de l'Etat qui lui a imposé de venir avec son épouse enceinte à Bethlehem, La violence qui ne connaît qu'elle-même veut détruire et s'engendre souvent elle-même par réaction. Un pouvoir violent ne perçoit un autre pouvoir que comme une menace et déchaîne la violence pour se maintenir. Nous en avons en ces jours une triste illustration avec la Syrie où l'état se retourne contre son propre peuple.

Joseph, lui, ne cherche jamais à répondre à la violence par la violence. Lorsqu'il pense que Marie lui fait violence en attendant un enfant en dehors du mariage avec lui ; il cherche à interrompre les fiançailles le plus doucement possible, en secret. Cette attitude le rend disponible à une autre parole, à pouvoir percevoir la situation autrement. Il recevra la parole de l'ange, croira à la promesse de Dieu et prendra Marie comme épouse.

Aujourd'hui, il saura quitter et se refuser à la violence. La violence rend sourd, refuser la violence donne d'entendre plus largement et d'ouvrir l'avenir. Cela est vrai pour tous les groupes humains, les sociétés, les familles, les personnes...

Ô Père, Toi non plus, Tu ne réponds pas à la violence par la violence.

Nous Te demandons d'aider chacun  à se refuser à la violence, à être disponible pour une autre parole.

Ouvre chacun de nous à la douceur, à l'écoute de Ta Parole; à l'écoute de la parole de ses frères...

photo http://sentier.free.fr/images/O/Fuite-egypte.jpg