L’Avent, temps d’attente, temps du désir pour aimer et être aimé

Publié le par père Gabriel

Jr 33, 14-16 / Ps 24 / 1Th 3,12-4,2 / Lc 21, 25-28.34-36.

  « Que le Seigneur vous donne,

entre vous et à l’égard de tous les hommes,

un amour de plus en plus intense et débordant »

 

A l'occasion de la fête de Saint François-Xavier 

 

1 - Aimer notre monde brisé

On voudrait à notre tour invoquer pour tout homme et toute femme, ce don de l’amour de plus en plus intense, expliquer ce que pour nous les Chrétiens signifie « aimer », aimer par toute sa vie, non pas seulement en paroles mais aussi en actes, donner sa vie et la perdre pour ceux qu’on aime. On voudrait annoncer que l’amour que nous célébrons dans chaque eucharistie est non seulement l’amour des amis, mais aussi l’amour des ennemis, l’amour intense de tous les hommes et l’amour de notre monde cassé.

 

Mais sommes-nous prêts à aimer ce monde-là, monde des amis et des ennemis, monde brisé? Un monde où l’on meure de peur dans la crainte des malheurs à venir ? Un monde où le ciel menace de vous tomber sur la tête ? Un monde où des générations entières de jeunes débordant d’énergie n’ont aucun avenir possible dans leurs propres pays ? Comment vous les jeunes, construirez-vous dans ce monde-là vos projets et vous les plus âgés léguerez-vous une espérance aux générations futures ?

L’état du monde au 1er siècle décrit en cette fin de l’évangile de Luc ressemble étrangement au nôtre, et il n’est pas franchement celui où, s’il on avait eu le choix, on aurait eu envie de naître. Mais il faut bien s’y résoudre : si le chaos d’aujourd’hui ressemble à celui d’hier, c’est que le chaos est dans la nature de notre monde : nous vivons dans un monde chaotique.

 

2 - Aimer à la manière du Fils de l’homme, dans les nuées

L’image du Fils de l’homme « dans la nuée », venant du bout du monde et du fond de l’histoire, nous inspire la manière qu’a Dieu d’aimer le monde. Dans la nuée, ces ténèbres où Dieu souffla son premier mot, dans l’impasse où un jour d’Exode, pour sauver un peuple des eaux, la mer s’est écartée, tout est créé et tout est recréé ex-nihilo, tout commence et tout recommence. Du point de vue du Fils de l’homme, les ténèbres sont le berceau de notre création et de notre rédemption, et notre vaisseau bleu merveilleux, vu du ciel, est beau. Ainsi notre monde perdu au milieu de l’univers, et bien que traversé par des cataclysmes et des violences est le monde de Dieu, le monde que Dieu a choisi d’habiter.

 

3 - Aimer d’amour

Nous ne pourrons aimer notre monde brisé qu’habités par le mouvement de l’amour: assurés d’être aimés du Créateur et Seigneur des nuées, d’être les habitants d’un monde voulu par lui, nous serons progressivement capables d’aimer à notre tout et fermement établis dans la sainteté (1Th).

Les conseils évangéliques de ce premier dimanche de l’Avent nous donnent un mode d’emploi pour entrer dans l’amour :

« Tenez-vous sur vos gardes…

Restez éveillés et priez en tout temps ».

 

« Restez éveillés » : nous tenir dans l’attitude permanente d’émerveillement devant la Création et devant notre monde,

« Nous tenir sur nos gardes » : fuir radicalement le cynisme, la désillusion, la médiocrité.

« priez en tout temps » : nous préparer à « paraître face Dieu », à lui « plaire ».

Vigilance et prière, une manière d’être dans le monde que Paul, dans sa lettre au Thessaloniciens, indique comme un préalable pour les chrétiens. Mais posture qui peut nous paraître ambigüe : pour habiter un monde brisé, suffit-il de nous émerveiller, ou même de « rester éveillés », et de « prier en tout temps » ? A trop chercher à plaire à Dieu, on pourrait encore chercher à sauver sa vie, et s’appesantir dans le souci de soi, dans l’attente fébrile d’un salut hors de notre histoire. D’où l’insistance de Paul sur le don premier de l’amour, ce basculement pratique de la foi :

« Que le Seigneur vous donne,

entre vous et à l’égard de tous les hommes,

un amour de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons pour vous »

Seul l’amour, celui que nous avons reçu de nos parents, de nos amis, de nos frères et sœurs, de nos éducateurs, de notre époux ou de notre épouse, de nos enfants… et à travers tous ceux-là de Dieu, seul cet amour reçu et accueilli peut nous rendre à notre tour amoureux de tous les hommes et du monde. François-Xavier en contemplant en toute chose l’amour de Dieu, l’a lui-même accueilli, et il fut fermement établi et transporté par une énergie surhumaine, s’embarquant pour les zones les plus éloignées et les plus reculées, dans un amour de plus en plus intense de tous les hommes.

 

4 - Aimer à la manière de François-Xavier

S’il avait vécu au XXIème siècle, François-Xavier aurait probablement encore demandé à partir en Asie, ce continent où convergent aujourd’hui plus encore qu’au XVIème siècle les hommes et leurs richesses. Mais il aurait surtout approché les nouvelles frontières ethniques, religieuses, financières, écologiques, il aurait affronté les résistances inévitables au changement. Il aurait certainement appris les langages par lesquels s’expriment les énergies des hommes de notre temps : langages scientifiques et techniques, langages des sciences humaines, langages informatiques. Il aurait établis des ponts entre les cultures en parlant la langue de l’autre. Il aurait débordé d’amour pour tous les hommes. 

En ce temps de l’Avent, prenons à notre tour le temps de connaître en profondeur notre monde. Laissons-nous habiter par ses beautés, par ses laideurs. Ecoutons les espoirs et les détresses des hommes et des femmes du XXIème siècle, et offrons à leurs cris de joie et à leurs cris de tristesse nos voix et nos cœurs. Que notre eucharistie allume le feu débordant de l’amour, pour qu’à la suite de François-Xavier nous nous tenions debout dans les lieux les plus pauvres, les plus déshérités de la terre, les lieux de plus grande confusion et de chaos, ces lieux où le Fils de l’homme vient nous rencontrer.

 

Gabriel Pigache sj, 02/ 12 / 12
photo http://binodini.skyrock.com/photo.html?id_article=3040541199&id_article_media=25438381

Publié dans Saints