L'élection, choix d'un moyen, toujours contingent

Publié le par père Jean-Luc

desert-mikosch-fotolia-com_124661398387458600.jpg

 

C'est dans le monde que l'élection donne à l'homme de trouver la place où exercer cette puissance limitée qui « descend de celle, suprême et infinie, d'en haut ; et de même la justice, la bonté, la compassion, la miséricorde, etc., comme du soleil descendent les rayons, de la source, les eaux. (51) »

C'est dans l'ici-bas que s'exerce le combat spirituel.

L'importance de la thématique de la création et la place accordée à l'humanité du Christ interdisent à Ignace de fuir ou de mépriser le monde. [...]

C'est bien ainsi que peuvent se comprendre quelques-unes des dimensions fondamentales de la spiritualité ignatienne.

L'élection, choix d'un moyen, toujours contingent, mais reçu et posé dans l'union du Créateur et de la créature, n'est-elle pas signe de l'eschaton dans le transitoire des choix humains ?1_Exerzitien_Wandern_Mann_368.jpg

Le discernement peut être relu comme cet art, à travers les alternances de consolation et désolation et ainsi la fragmentation du temps, de découvrir les traces de Dieu, de retrouver en lui l'appui fondamental, et même de se reconnaître porté dans l'existence par la main indéfectible du Créateur, quelles que soient les alternances (53).

Le rapport à toute chose, dans l'indifférence comme dans l'amour, est également traversé par cette secrète eschatologie : ne pas vouloir « davantage la santé que la maladie, la richesse que la pauvreté, l'honneur que le déshonneur, une vie longue qu'une vie courte et ainsi de suite pour tout le reste » mais désirer et choisir ce qui conduit davantage à « louer, révérer, servir Dieu notre Seigneur et par là à sauver son âme (54) », c'est considérer toute chose, non pour elle-même et comme si elle était un vis-à-vis, mais sur l'horizon de la relation fondatrice au Créateur ; c'est s'empêcher de se rapporter à elle sans cet appel de l'en-deçà et de l'au-delà de toute chose.

 

Sylvie Robert, Sœur Auxiliatrice "L'urgence de l'Heure dans les Exercices"

 

 

Un peu de vocabulaire... 

Dans les Exercices, au terme de « décision » ou de « choix », Ignace préfère le terme biblique « élection ». « Election », pour mieux signifier que la décision n’est pas le seul fruit d’une réflexion personnelle, mais qu’elle est reçue comme un traité d‘alliance entre deux partenaires. Au Sinaï, Dieu fait élection d’un peuple et s’engage envers lui, tandis que le peuple ratifie l’alliance en choisissant son Dieu et en s’engageant à observer ses lois (Ex 19, 1-8). François Boëdec http://www.lapairelle.be/L-aide-a-la-decision.html

 

(51) Exercices Spirituels N° 237.

(52) Op. cit. p. 73.

(53) Je ne peux, dans les limites de cette contribution, qu'être allusive. Je me permets de renvoyer à mon étude sur le discernement ignatien, Une autre connaissance de Dieu, Paris, 1997, notamment dans les chapitres 3 et 4.

(54) Exercices Spirituels N° 23.

photo1 http://www.famillechretienne.fr/data/imgs/articles/desert-mikosch-fotolia-com_124661398387458600.jpg

photo2 http://www.jesuiten.ch/images/1_Exerzitien_Wandern_Mann_368.jpg

Publié dans Miettes ignaciennes