L'enseignement en paraboles

Publié le par Jardinier de Dieu

interrogation.gif

[…] Pourquoi ces paraboles qui se présentent si souvent comme des paraboles du Royaume : « le Royaume des cieux est semblable à … ». La question est posée dans le texte même des Evangiles à Jésus par ses disciples. Elle reçoit une réponse surprenante : « Voilà pourquoi je leur parle en parabole : parce qu’ils regardent sans regarder et qu’ils entendent sans entendue ni comprendre (Mt 13, 13)

La réponse est très exactement une invitation adressée à une liberté qui peut saisir la perche tendue par le récit ou ne pas comprendre, mais sans prendre la face. Les paraboles de Jésus renvoient toujours à ce qui est en train de se passer entre lui et ses auditeurs. Mais une distance respectueuse est maintenue entre l’enseignement et le destinataire. C’est le sens des expressions : « Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende » (Mt 11, 15) ; « Comprenne qui pourra ». En effet, chaque auditeur est invité à se reconnaître lui-même parmi les personnages évoqués dans le récit. Suis-je le fils prodigue, qui quitte la maison de son père pour se risquer à toutes les aventures, ou suis-je plutôt le fils casanier, qui est resté, mais n’aime pas et se cramponne à ses petits avantages (Lc 15, 11-32) ? Dans les deux cas je dois me convertir. Suis-je le fils qui dit oui à la demande de son père d’aller travailler à la vigne et n’y va pas ? Oui le fils « râleur » qui dit non d’abord et qui finit par y aller (Mt 28, 32) ? Suis-je le pharisien satisfait de lui-même et  qui fait le compte de ses bonnes actions, ou le publicain, qui se reconnaît simplement pécheur (Lc 18,9-14) ? Suis-je un bon terrain qui fait fructifier la semence de la parole, ou un chemin rocailleux sur lequel rien ne peut pousser (Mt 13, 18-23) ? On pourrait multiplier les exemples, sans oublier que beaucoup de ces paraboles font référence à l’histoire d’Israël et à ce qui change avec l’arrivée de Jésus. Les acteurs des paraboles présentent souvent l’image des Juifs et des païens et de ce que les uns et les autres ont à accomplir pour reconnaître Jésus.


Bernard SESBOÜE, 1999. Croire – Invitation à la foi catholique pour les femmes et les hommes du XXIème siècle. Droguet et Ardant, Paris, p.p. 254-255.

photo http://img.over-blog.com/245x300/1/69/39/34/Mes-images2/interrogation-gif.gif

Publié dans Miettes ignaciennes