La fin de Kadhafi

Publié le par Martine

nature-morte-tache-rouge.jpgPeut-on faire justice soi-même ? En avons-nous le droit ? Le désir de se venger est-il juste ?

La plupart d'entre nous ne se trouveront jamais dans les circonstances qui ont entrainé la mort du colonel Kadhafi. Il s'agit là d'une situation tout à fait particulière et il ne nous appartient sans doute pas d'y porter un quelconque jugement. Mais des questions se posent. Jusqu'où peut-on aller quand il s'agit de justice ? Car tout est là, dans ce mot "justice". Eviter de faire le mal pour le mal est somme toute assez facile ou tout au moins justifiable. Mais quand il s'agit de justice ? Et là nous sommes tous concernés car nous vivons tous un jour ou l'autre une situation d'injustice dans notre vie quotidienne, sans parler des situations d'assassinats aveugles qui touchent de plus en plus de personnes de nos jours. Alors que faire ? Comment réagir ? On peut lutter contre une injustice, cela demande déjà du courage. Mais une envie irrépressible d'aller plus loin nous tenaille souvent : nous venger, ce qui serait finalement une façon de rétablir la justice. Nous n'avons pas à accepter l'injustice, nous en sommes blessés, nous en souffrons. En un mot : ce n'est pas juste ! Alors mon instinct d'être humain est : vengeance !

La vengeance est liée à la haine. Cela peut être normal dans certaines situations mais il faudrait essayer d'y résister. En effet, la haine nous enferme sur nous-mêmes et sur notre malheur lié à cette injustice. Elle nous aveugle, nous risquons fort de nous aliéner nous-mêmes et finalement de jouer contre nous en éliminant la paix du fond de notre conscience. On peut réfléchir à cela : qu’ y a-t il de plus important pour moi, me rendre justice en entretenant la haine et la rancoeur au fond de moi, ou bien avant tout préserver la paix en moi ? Ai-je vraiment tous les éléments pour porter un jugement sur celui qui m'a fait mal ? Ai-je le droit de le juger ? N'ai-je vraiment aucun tort de mon côté ?

Pour nous aider à voir clair, on peut regarder l'exemple de Jésus :

- La Femme adultère : elle a été prise en flagrant délit. Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. » (Jean 8,11)

- Jésus mourant sur la croix : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu'ils font. » (Luc 23,34)

Cherchons nous-mêmes d'autres épisodes des Evangiles où Jésus nous parle de pardon. Cherchons aussi dans les vies des saints contemporains. Les exemples sont nombreux. Demandons à l'Esprit d'ouvrir notre coeur et notre intelligence pour comprendre et vivre le message de Jésus : "Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés."(Jean 15,12).

Photo: nature morte tache rouge, peinture huile sur toile 2005, Serge GOULET