La joie du dimanche chrétienne

Publié le par Jardinier de Dieu

Ils ne veulent pas travailler le dimanche

Le 31 mai 1998, le St Père Jean-Paul II a signé sa lettre apostolique Dies Domini sur la sanctification du Dimanche. Cette lettre est divisée en cinq chapitres :


- La célébration de l’œuvre du Créateur,
- Le jour du Seigneur ressuscité et don de l’Esprit
- L’assemblée eucharistique, cœur du dimanche
- Le dimanche, jour de joie, de repos et de solidarité,
- Le dimanche, fête primordiale révélant le sens du temps.


Voici le résumé de cette lettre apostolique fait par la revue Questions Actuelles - croire, Mai-juin 2001, p. 29 : 


Le dimanche, « écho hebdomadaire de la première expérience du Ressuscité », est fondamentalement un jour de grande joie, dont la célébration de l'Eucharistie fait partie intégrale. Ainsi, pour le chrétien, ce jour devient une « fête » authentique qui permet aux hommes de se réaliser humainement et spirituellement.


Le dimanche, pour lui, est l'accomplissement du sabbat. En effet, ce jour-là, il célèbre le caractère christocentrique de la création ainsi que la pleine libération de l'homme, réalisée dans le Christ.


Il s'agit, pour lui, d'un jour de repos par excellence, réservé à la prière commune certes, mais aussi consacré aux œuvres  de miséricorde, de partage avec les pauvres, d'apostolat, etc.

 

Le Jour du Seigneur devient ainsi le jour de l'homme et le jour de la solidarité. Cette solidarité se reflète dans la célébration eucharistique, qui est à la fois un événement fraternel et un appel à vivre la fraternité. Bref, le dimanche est une synthèse de la vie chrétienne et une condition pour la vivre.

pas-de-travail-dimanche.jpg
Le dimanche 29 mai 2005, journée de clôture du Congrès eucharistique italien, le St père Benoît XVI a expliqué le pourquoi « Sans le dimanche nous ne pouvons pas vivre » :


… L’année 304, lorsque l’empereur Dioclétien interdit aux chrétiens, sous peine de mort, de posséder les Ecritures, de se réunir le dimanche pour célébrer l’Eucharistie et de construire des lieux pour leurs assemblées. A Abitène, petite localité de la Tunisie actuelle, 49 chrétiens furent surpris un dimanche tandis que, réunis dans la maison d’Octave Félix, ils célébraient l’Eucharistie en défiant les interdits impériaux. Arrêtés, ils furent conduits à Carthage, pour être interrogés par le Proconsul Anulinus. Entre autres, la réponse qu’Eméritus a donnée au proconsul qui lui demandait pourquoi ils avaient transgressé l’ordre de l’empereur, était significative. Il dit: "Sine dominico non possumus": sans nous réunir en assemblée le dimanche, pour célébrer l’Eucharistie, nous ne pouvons pas vivre. Nous manquerions de forces pour affronter les difficultés quotidiennes et pour ne pas succomber. Après des tortures atroces, les 49 martyrs d’Abitène furent tués. Ils confirmèrent ainsi leur foi, par l’effusion du sang. Ils moururent mais en vainqueurs … (source http://www.zenit.org/article-10409?l=french)

photo http://www.afmeg.info/local/cache-vignettes/L500xH375/Pas_de_travail_le_dimanche_03-52edf.jpg

Publié dans Pape