La pédagogie ignatienne du discernement (3)

Publié le par Jardinier de Dieu

Être attentif au but et aux chemins

http://www.maximumwallhd.com/images/fleche-gauche.gif

Une décision se situe toujours dans une histoire. Elle tend vers un but et elle choisit pour l'atteindre des chemins. Saint Ignace en est bien conscient et recommande d'être attentif aux uns et aux autres.

touche-la-lune.jpgSavoir où l'on veut aller, bien sûr, mais il arrive qu'un objectif proche masque ou fasse oublier des développements plus lointains. Aussi, est-il bon de prolonger en pensée les conséquences du choix que l'on se prépare à faire pour voir à quoi il tend. Il est légitime de réclamer justice mais, si cela doit entraîner à des procès sans fin, il pourra être plus avantageux de se contenter d'une transaction imparfaite. L'expérimentation scientifique est bonne, mais il y a des cas, dans le domaine de la vie par exemple, où elle peut se révéler dangereuse pour l'avenir de l'humanité. Il est donc important d'envisager les conséquences ultimes d'une décision prise. Le court terme ne justifie pas nécessairement un acte. La tradition chrétienne conseillait par exemple de se placer en imagination au moment de la mort pour vérifier si l'orientation prise entrait bien dans les perspectives du Royaume de Dieu. A ce moment critique de lucidité, qu'est-ce que je souhaiterais avoir fait ? On pourra, dans cette perspective, s'aider des enseignements des dernières encycliques des Papes pour vérifier si l'orientation générale d'une activité est bien selon le Royaume de Dieu. Ainsi, tout ce qui est au service d'une vie plus humaine, tout ce qui promeut la dignité de l'homme et le respect de la nature, tout ce qui ouvre à autre que soi, tout ce qui favorise la communion dans le respect des différences, tout ce qui prend pour critère de décision le bien du plus petit et du plus pauvre est selon le Royaume de Dieu. Dans cette perspective, on pourra dire, par exemple, que la valeur chrétienne d'une institution humaine se révèle à l'attention qu'elle porte aux plus faibles et aux plus défavorisés.
Mais l'orientation ultime d'un projet ne suffit pas encore à le rendre selon l'Esprit, il faut aussi que les moyens mis en œuvre ne viennent pas contredire le but recherché. On peut vouloir sincèrement le Royaume de Dieu et choisir pour le réaliser des moyens qui insultent l'Evangile. L'histoire de l'Eglise fourmille d'exemples de ce genre. Lorsque par exemple le pape saint Pie V écrit à Catherine de Médicis, régente de France : " Si votre majesté continue, dans la rectitude de son âme et la simplicité de son cœur, à ne chercher que l'honneur du Dieu tout-puissant, et à combattre ouvertement et ardemment les ennemis de la religion catholique, jusqu'à ce qu'ils soient tous massacrés, qu'elle soit assurée que le secours divin ne lui manquera jamais… (1) ", il manifeste certes un zèle sincère pour la défense de la foi catholique, mais il témoigne aussi d'une conception de l'honneur de Dieu plus inspirée par l'esprit du temps que par celui de l'Evangile.

Cet examen du but et des chemins doit se faire dans une analyse sérieuse de la situation éclairée par le prière. Il ne s'agit pas seulement, en effet, de se conduire selon une prudente sagesse humaine, il s'agit de se livrer à l'Esprit qui pourra nous entraîner sur les chemins de la folie de la croix. Il s'agira alors de cette " sagesse selon Dieu " dont parle saint Paul et que seul l'Esprit peut graver dans nos cœurs.

Père Michel Rondet

Jésuite, La Beaume-les-Aix

A suivre

1 - Lettre du 28 Mars 1569, citée par Nicole Lemaître, Saint Pie V, Fayard, Paris 1994.

photo http://57.img.v4.skyrock.net/6983/83696983/pics/3096852907_1_3_ba4Iuy1z.jpg

Publié dans Manières de prier