La pédagogie ignatienne du discernement (2)

Publié le par Jardinier de Dieu

Discernement_theme_image.jpg

http://www.maximumwallhd.com/images/fleche-gauche.gif

Discerner les motions de l'Esprit

Libérés par l'Evangile des attachements désordonnés qui entravent notre liberté, nous pouvons alors nous livrer aux motions de l'Esprit. Désigné par l'Ecriture comme " Souffle ", l'Esprit est celui qui vient mouvoir notre volonté pour nous configurer au Christ et faire de nous des enfants du Père. Le problème pour nous est de carguer nos voiles pour les offrir au souffle de l'Esprit. Encore faut-il aussi prendre en compte les vents contraires qui peuvent nous entraîner sur des récifs. D'où la question du discernement.
" L'Esprit parle à notre esprit… " mais il n'est pas seul à parler. Tant de voix en nous se répondent et se combattent. Saint Augustin a retraduit pour nous, dans le récit de sa conversion, le dialogue dramatique des appels de sa conscience et des protestations de celles qu'il appelle ses anciennes amies. Là du moins, si le choix n'était pas facile, il était devenu clair. Ce n'est pas toujours le cas et nous pouvons hésiter à reconnaître dans le tourbillon des pensées contraires qui nous assaillent la voix de Dieu. La prière reste alors le lieu privilégié du discernement. Exposées à la lumière divine, nos pensées vont révéler leur vrai visage. Les unes seront source de joie et de paix, les autres se montreront décevantes, stériles, négatives… Le propre du bon esprit, dit Ignace, est d'apporter ce qu'il appelle la consolation : la sérénité, la paix dans la foi. Inversement, le mauvais esprit est source de trouble, d'inquiétude, d'ambiguïté. A nous de laisser ainsi la lumière divine passer au crible nos états d'âme pour bien manifester leur origine.
Il ne s'agit pas là d'une introspection plus ou moins poussée, car la lumière ne vient pas de nous, de notre lucidité, mais de la force de l'Esprit qui nous meut dans un sens ou dans un autre. C'est pourquoi ce discernement ne peut se faire que dans une humble prière. Il faut faire taire en nous les voix égoïstes, jalouses, craintives, pour être attentifs au murmure de l'Esprit qui, telle une brise légère, vient susciter en nous la générosité, l'espérance et la foi. Ce n'est possible que dans une prière personnelle, recueillie, prolongée.
N'espérons pas non plus recueillir chaque fois des inspirations fulgurantes, irrésistibles. Elles existent, mais elles demandent toujours à être contrôlées et il faut plutôt nous attacher aux ouvertures, aux suggestions, à travers lesquelles l'Esprit, respectueux de notre liberté, cherchera à nous orienter dans telle ou telle direction. C'est toujours nous qui avons à prendre notre décision et l'Esprit ne nous décharge pas du poids de notre responsabilité mais il nous donne de la vivre dans la lumière, avec la calme certitude d'agir en enfant de Dieu.

Père Michel Rondet

Jésuite, La Beaume-les-Aix

photo http://www.croire.com/var/croire/storage/images/definitions/ecole-de-priere/discernement/8301-12-fre-FR/Discernement_theme_image.jpg

 

A suivre

Publié dans Manières de prier