La pervenche, doux souvenir de Rousseau

Publié le par jardinier de Dieu

pervenche.JPG

 

 

.. Je donnerai de ces souvenirs un seul exemple qui pourra faire juger de leur force et de leur vérité. Le premier jour que nous allâmes coucher aux Charmettes, maman était en chaise à porteurs, et je la suivais à pied. Le chemin monte ; elle était assez pesante ; et, craignant de trop fatiguer ses porteurs, elle voulut descendre à peu près à moitié chemin pour faire le reste à pied. En marchant elle vit quelque chose de bleu dans la haie, et me dit : "Voilà de la pervenche encore en fleur." Je n'avais jamais vu de la pervenche, je ne me baissai pas pour l'examiner, et j'ai la vue trop courte pour distinguer à terre les plantes de ma hauteur. Je jetai seulement en passant un coup d'oeil sur celle-là, près de trente ans se sont passés sans que j'ai revu de la pervenche, ou que j'ai fait attention. En 1764, étant à Cressier avec mon ami M.du Peyrou, nous montions une petite montagne au sommet de laquelle il a un joli salon qu'il appelle avec raison Bellevue. Je commençais alors d'herboriser un peu. En montant et regardant parmi les buissons, je pousse un cri de joie :"Ah ! Voilà de la pervenche ! et c'en était en effet."...

 

Les confessions de Jean-Jacques ROUSSEAU - Tome 1, 1836.

Lebigre Frères, Paris, p.159.

 

 

Publié dans Beauté des jardins