Lc 10, 21-24 Ta bonté est de tous les temps en notre vie…

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Luc 10, 21-24 A l'heure même, Jésus exulta de joie sous l'action de l'Esprit Saint, et il dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bonté. Tout m'a été confié par mon Père ; personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. » Puis il se tourna vers ses disciples et leur dit en particulier : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! Car, je vous le déclare : beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez, et ne l'ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l'ont pas entendu. »

lacher-colombe.jpg

« Exultant de joie » ce passage nous dit l’ancrage profond de Notre Seigneur. Jésus prend son assise dans l’écoute aimante, pleine d’admiration envers son Père. De là, ce que Jésus dit, ce que Jésus fait. L’action de Jésus est mue par la joie qu’il reçoit de la contemplation du dessein et de l’action de son Père. Cette joie est son guide, il nous encourage à nous y ouvrir. Le Pape François, son vicaire en terre, fait de même dans sa récente exhortation sur la joie de l’évangile.

« Dans ta bonté » Voilà le mot essentiel pour caractériser Dieu dans son action envers chacun nous, avec chacun nous, il est bon, et il est bon parce qu’il veut notre croissance, notre développement. La bonté n’est pas une bonasserie, un laisser-faire. C’est cette attitude qui cherche la croissance de l’autre. Et Jésus, à ce moment de son ministère, mesure le plan divin, dans toute sa splendeur, son étendue, son style. Il voit comment Dieu agit… combien il est bon pour tous et chacun… comment son projet a un chemin propre de réalisation, autre que celui des hommes… Celui de l’humilité…

« Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! » Bien évidemment nous situons cela dans l’histoire du peuple juif. Mais nous pouvons aussi le situer dans le temps d’une vie humaine qui souvent passe par les étapes suivantes : construire comme un roi qui tend son énergie intérieure pour établir sa vision, concrétiser le bien qu’il perçoit, ensuite attester et tenir comme un prophète en butte avec les vicissitudes de la vie, les oppositions pour maintenir ce bien… et ensuite vient un temps où l’énergie nous quitte, où nous ne pouvons plus rien, où nous devenons pauvres, en devenant vieux. Là, au-delà de l’écume de notre action, toujours teintée d’égocentrisme, surgit la révélation de la bonté de Dieu… Nous devenons alors capables de percevoir son action, en ces jours mais aussi au temps passé de notre gloire ou de notre lutte… Alors la louange peut surgir de nos lèvres fatiguées…

Père Jean-Luc Fabre

Image http://img.over-blog.com/500x293/0/26/81/63/fleurs/colombe-main.jpg