Lc 11, 1-13 17e dimanche du temps ordinaire, année C, 24 juillet 2016

Publié le par père Jean-Luc Fabre

dimanche 24/07/16

« Demandez ! », le Seigneur nous le demande…

Luc 11, 1-13 Un jour, quelque part, Jésus était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean Baptiste l'a appris à ses disciples. » Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne. Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour. Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes nous pardonnons à tous ceux qui ont des torts envers nous. Et ne nous soumets pas à la tentation.' »

Jésus leur dit encore : « Supposons que l'un de vous ait un ami et aille le trouver en pleine nuit pour lui demander : 'Mon ami, prête-moi trois pains : un de mes amis arrive de voyage, et je n'ai rien à lui offrir.' Et si, de l'intérieur, l'autre lui répond : 'Ne viens pas me tourmenter ! Maintenant, la porte est fermée ; mes enfants et moi, nous sommes couchés. Je ne puis pas me lever pour te donner du pain', moi, je vous l'affirme : même s'il ne se lève pas pour les donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu'il lui faut. Eh bien, moi, je vous dis : Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte. Celui qui demande reçoit ; celui qui cherche trouve ; et pour celui qui frappe, la porte s'ouvre. Quel père parmi vous donnerait un serpent à son fils qui lui demande un poisson ? ou un scorpion, quand il demande un œuf ? Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père céleste donnera-t-il l'Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »

danser-Picasso.jpg 

Et si la vie était plus simple que nous le supposons, et s’il s’agissait d’avancer tout simplement… La conception de l’offre et de la demande que nous avons est faussée, elle nous perd dans des calculs, des supputations. La vie ne cherche rien d’autre qu’à se donner, elle se donne en donnant, elle se donne aussi en recevant. C’est une dimension essentielle de son être, elle se donne, que pourrait-elle faire de plus ? Elle est la vie. Nous la retenons captive parce que nous voulons en tirer profit plutôt que de la laisser aller où elle désire…

Ainsi, quelque part en Palestine, au temps du Seigneur, une demande a été faite à Jésus. Ce qui la déclenche c’est la manière dont Jésus prie son Père, de la manière dont il vit sa relation, dont il reçoit Celui qui se donne à lui. Cela semble désirable et le disciple lui demande « apprends-nous à prier »… Cette demande naît du désir de recevoir un bien désirable. Jésus y répond aussitôt d’une parole qui sort de son cœur. Il nous ouvre rien moins que le chemin pour que Dieu soit notre Père, que les autres hommes deviennent nos frères… Cela pouvons-nous l’obtenir autrement qu’en le demandant puisque c’est un don…  un don gratuit sans contrepartie…

Alors la demande, il nous est dit que nous pouvons la faire sans aucune réserve. Une vraie oreille qui écoute est là pour la recevoir, bien au-delà de ce que nous-mêmes pouvons et faisons. Nous pouvons être assurés, par la Parole du Seigneur, que ce que nous demandons, nous l’obtiendrons. Il nous est demandé d’être pleinement dans notre demande, tout simplement. Nous sommes dans la dimension de l’être, de la relation pas dans celle du faire ou de l’avoir…

Alors la meilleure demande à faire qu’elle est telle ? Le passage de l’Ecriture nous le dit. Il s’agit de demander l’Esprit, l’Esprit de Dieu, l’Esprit qui a guidé Jésus dans sa vie, rien moins que cela. C’est cet Esprit qui nous donne de savoir gouverner notre vie, l’orienter de telle manière que nous nous ouvrons sans cesse au mystère plus plénier de la vie. Là où nous sommes, il nous guide, nous conforte, suscite en nous toutes nos capacités pour cheminer. Demander l’Esprit Saint, pour nous aujourd’hui, c’est comme jadis le roi Salomon qui demandait la sagesse... C’est ce qui nous permet de bien nous orienter pour recevoir davantage cette vie qui ne désire que se donner et qui désire nous rendre plus vivants, chacun et tous. Et, aujourd’hui, l’orientation donnée par l’Esprit Saint, c’est de pouvoir vivre comme Jésus l’a fait… Un esprit qui guide notre être l’oriente vers celui qui nous reçoit et nous conduit, qui nous donne le goût de le suivre, de prendre le même chemin que lui, celui qui nous rend fils, qui nous rend frère et sœur des autres hommes…

père Jean-Luc Fabre

image http://img.over-blog.com/405x500/2/04/12/79/Picasso.jpg