Lc 24, 35-48 le basculement des disciples

Publié le par père Jean-Luc Fabre

3e dimanche de Pâques

Luc 24, 35-48 Les disciples qui rentraient d’Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s’était passé sur la route, et comment ils avaient reconnu le Seigneur quand il avait rompu le pain. Comme ils en parlaient encore, lui-même était là au milieu d'eux, et il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Frappés de stupeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent en vous ? Voyez mes mains et mes pieds : c'est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n'a pas de chair ni d'os, et vous constatez que j'en ai. » Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds. Dans leur joie, ils n'osaient pas encore y croire, et restaient saisis d'étonnement.  Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Ils lui offrirent un morceau de poisson grillé. Il le prit et le mangea devant eux. Puis il déclara : « Rappelez-vous les paroles que je vous ai dites quand j'étais encore avec vous : Il fallait que s'accomplisse tout ce qui a été écrit de moi dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. » Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. Il conclut : « C'est bien ce qui était annoncé par l'Écriture : les souffrances du Messie, sa résurrection d'entre les morts le troisième jour, et la conversion proclamée en son nom pour le pardon des péchés à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. C'est vous qui en êtes les témoins. »

 

Comment entrer dans ce mystère de la Résurrection… C’est l’unique enjeu, à vrai dire, de nos vies croyantes qui se rejoue en chaque situation… Les étapes dans la manière de recevoir la Résurrection peuvent se lire dans les récits évangéliques… Ils nous guident pour que nous puissions, nous aussi, prendre pleinement conscience du don qui s’opère, actuellement et quotidiennement, en nos vies, percevoir les « saints effets de la Résurrection » comme le dit Saint Ignace… Le chemin est, à vrai dire, simple : il s’agit d’ouvrir notre cœur, puis notre intelligence, et enfin notre volonté…

« Ce qui s’était passé sur la route » La nouveauté arrive, comment la recevoir ? Comment la comprendre ? La nouveauté de la Résurrection et, par là, toute nouveauté en nos vies. Toutes ces nouveautés signent, en fait, la propagation, la déflagration de la Résurrection en nos existences… La Résurrection travaille toute vie humaine, toute chair. La première attitude consiste à ressentir ce qui se passe, à en prendre conscience pleinement, et d’abord d’une manière corporelle, à noter ce qui se produit en moi… et, pour cela, à en parler à des frères. C’est le premier geste des croyants. Ils vont les uns vers les autres. Ils échangent entre eux, ils sont mis ainsi : ensemble et en mouvement… C’est le témoignage des pèlerins d’Emmaüs. C’est ce qui se passe dans les premiers temps de l’apparition du Seigneur comme nous le dit ce passage de l’Ecriture… Mais vers quelle direction ?

 

« Il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures » Le choc de la résurrection produit, dans le cœur des hommes, des femmes qui le reçoivent, une attente, une ouverture, une disponibilité… De là, une avancée, de la part du Seigneur peut s’opérer. Le Seigneur invite le croyant à le recevoir au niveau de son intelligence, dans sa capacité, à situer ce qui advient avec ce qu’il connaît déjà comme homme rationnel, ce nous connaissions déjà, à les relier. Nous pouvons comprendre que, par là, le sens de nos existences bascule. Car il nous est donné de comprendre différemment notre monde, d’en découvrir le sens caché… Nous comprenons que la Vie véritable se manifeste dans le don que le Seigneur a fait de lui-même dans sa Passion, que le chemin de la Vie passe par ce don de soi que le Seigneur initie dans l’abandon qu’il fait de lui-même… Cela a, pour effet, de nous situer radicalement différemment par rapport au sens de notre propre existence. Cette bonne nouvelle nous déplace, déplace aussi la position que nous avons envers les autres.

« C'est vous qui en êtes les témoins » Notre vie ne se prend plus de la même manière, nous nous découvrons comme appelés à vivre de la Résurrection, de lui laisser produire ce qu’elle a à produire en nos vies, à laisser notre capacité de communication avec nos frères se laisser conduire par elle… Ce qui compte est d’une nature différente. Il ne s’agit plus de perpétuer notre existence propre de différentes manières, mais de laisser ce flux, qui nous touche, se transmettre, d’y œuvrer d’une manière consciente et voulue… L’onde qui nous touche se transmet par nous, dans l’intégralité de notre être : cœur, intelligence, volonté. L’enjeu est que l’amour triomphant se diffuse. Nous nous offrons à cette tâche.

père Jean-Luc Fabre

image 1 http://www.vazy-jetecrois.com/IMG/jpg/Arbre_abrite_oiseaux_02.jpg

image 2 http://img0.mxstatic.com/tunguska/l-explosion-de-tunguska-vue-d-artiste_4494_w460.jpg