Le mystère de l'Eucharistie - St Thomas d'Aquin

Publié le par jardinier de Dieu

st-sacrement.JPG

Le Fils unique de Dieu, voulant nous faire participer à sa divinité, a pris notre nature afin de diviniser les hommes, lui qui s'est fait homme.

 

En outre, ce qu'il a pris de nous, il nous l'a entièrement donné pour notre salut. En effet, sur l'autel de la croix il a offert son corps en sacrifice à Dieu le Père afin de nous réconcilier avec lui ; et il a répandu son sang pour qu'il soit en même temps notre rançon et notre baptême : rachetés d'un lamentable esclavage, nous serions purifiés de tous nos péchés.

 

Et pour que nous gardions toujours la mémoire d'un si grand bienfait, il a laissé aux fidèles son corps à manger et son sang à boire, sous les dehors du pain et du vin.

 

Banquet précieux et stupéfiant, qui apporte le salut et qui est rempli de douceur ! Peut-il avoir rien de plus précieux que ce banquet où l'on ne nous propose plus, comme dans l'ancienne Loi, de manger la chair des veaux et des boucs, mais le Christ qui est vraiment Dieu ? Y a-t-il rien de plus admirable que ce sacrement ?

 

Aucun sacrement ne produit des effets plus salutaires que celui-ci : elle efface les péchés, accroît les vertus et comble l'âme surabondamment de tous les dons spirituels !

 

Il est offert dans l'Eglise pour les vivants et pour les morts afin de profiter à tous, étant institué pour le salut de tous.

 

Enfin, personne n'est capable d'exprimer les délices de ce sacrement, puisqu'on y goûte la douceur spirituelle à sa source ; et on y célèbre la mémoire de cet amour insurpassable que le Christ a montré dans sa passion.

 

Il voulait que l'immensité de cet amour se grave plus profondément dans le coeur des fidèles. C'est pourquoi à la dernière Cène, après avoir célébré la Pâque avec ses disciples, lorsqu'il fallait passer de ce monde à son Père, il institua ce sacrement comme le mémorial perpétuel de sa passion, l'accomplissement des anciennes préfigurations, le plus grand de tous ses miracles ; et à ceux que son absence remplirait de tristesse, il laissa ce sacrement comme réconfort incomparable.

 

St Thomas d'Aquin

La liturgie des heures III, 1980.

Desclée de Brouwer, Mame, p.p.29-30

 

Publié dans Eucharistie - Mystère