Le pardon, la grâce des fautes

Publié le par Marceline

 paysage étéIl était une fois un jeune moine qui reçut la charge de conduire un chantier : la construction d'un temple. 

Il surveillait les travaux, contrôlait minutieusement le matériel utilisé, notamment la taille et la qualité des pierres et des briques.

Le chantier avançait lentement, mais sûrement.

Il voulait un travail parfait.

Les travaux terminés, il contempla son œuvre. Et tout d’un coup, il pâlit. Un des murs du temple avait un beau défaut visible en son milieu : deux pierres de taille et couleur différentes, sans doute s’emboitant mal, cassaient l’harmonie du mur.

Il avait honte de cette petite imperfection, il évitait de conduire les pèlerins au cours de leur visite du temple de ce côté du mur.

Mais un jour, deux vieux moines vinrent visiter le temple. Ils s’exclamèrent devant sa beauté, au grand étonnement du jeune moine.

A la question de savoir si leur enthousiasme était sincère, ils répondirent que le défaut du mur n’altère pas sa beauté. C’est cela qui attire le regard du visiteur, et le conduit à apprécier une œuvre bien réussie, car deux briques différentes parmi des milliers montrent le talent du conducteur de chantier.

En fait, cette histoire veut dire que parfois nous sommes trop sévères avec nous même. Nous voulons être parfaits. Si nous voulons pardonner aux autres, nous devons d'abords nous pardonner. Apprendre à pardonner soi-même, c'est un premier pas important. Quand nous découvrons nos erreurs et nos faiblesses, il faut louer et remercier Celui qui nous a créés. Car grâce aux erreurs, nous comprenons mieux les autres pour arriver à nous pardonner mutuellement.
Source de la photo http://nsa20.casimages.com/img/2010/09/02/1009021013449778.jpg

Traduction de la lettre du Br .HQ par Marceline

Publié dans Pensée du jour